Petraeus : «On a su rapidement que l’attaque de Benghazi était liée à Al Quaïda»

0
David Petreaus (Photo: DoD)
David Petreaus (Photo: DoD)

L’ancien chef de la CIA, David Petraeus, a dit ce vendredi 16 novembre, dans son témoignage à huis clos devant son commission du Renseignement de la Chambre des représentants qu’il avait rapidement su que des proches d’Al-Qaïda étaient impliqués dans l’attaque du consulat de Benghazi en Libye. C’est du moins ce que rapporte l’Associated Press.

Le général à la retraite, dont la liaison amoureuse avec sa biographe Paula Broadwell a provoqué récemment sa démission de la CIA, a lu une déclaration de 20 minutes avant de répondre aux questions des parlementaires pendant 1h10.

Le 11 septembre dernier, quatre Américains, dont l’ambassadeur Christopher Stevens, étaient tués dans l’attaque des deux complexes diplomatiques de Benghazi. Les républicains ont vivement critiqué la gestion de l’événement par l’administration Obama, le sénateur McCain, coprésident de la Commission du sénat américain sur les Forces armées, allant jusqu’à la qualifier « soit d’incompétence colossale, soit d’une entreprise de dissimulation».

Des membres de la commission du Renseignement qui ont assisté à la comparution du général Petraeus auraient affirmé, toujours selon l’agence de presse américaine,  qu’il a expliqué lors de son témoignage qu’il était clair dès le départ que des terroristes étaient impliqués. «Il a dit qu’il y avait des rapports de renseignement (différents), mais qu’il avait toujours pensé qu’il y avait une implication terroriste importante», a déclaré le sénateur républicain Peter King après l’audition.

Les républicains soupçonnent le président Obama d’avoir cherché à dissimuler le caractère terroriste de l’attaque pour éviter de ternir son bilan à la veille des élections de novembre.

Au lieu d’attaques terroristes, l’administration américaine avait attribué l’attaque du consulat américain à Benghazi par une manifestation spontanée en réponse à la diffusion d’une vidéo offensante produite aux États-Unis et diffusée sur YouTube. Cette explication, que l’administration Obama a reconnue comme erronée par la suite, avait été reprise par l’ambassadrice aux Nations Unies, Susan Rice, cinq jours après.

David Petraeus dirigeait encore la CIA à l’époque où se sont produits les évènements et s’était, rendu lui-même en Libye pour enquêter. Les membres démocrates et républicains de la Commission de la Chambre ont donc exigé qu’il témoigne devant eux pour être en mesure évaluer la réponse du gouvernement et de la CIA durant l’attaque de Benghazi.

Ce témoignage devant la Commission du Renseignement était la première sortie publique de David Petraeus depuis sa démissionL’affaire avait été découverte au cours d’une enquête du FBI. On ne sait pas sur quoi portait l’enquête du FBI qui a conduit à la découverte de cette affaire ni quand le FBI a appris que le général Petraeus avait une liaison extraconjugale.

La démission de David Petraeus avait surpris les milieux du renseignement et le milieu politique de Washington. C’était une fin de carrière abrupte pour le général le plus connu de l’après 11 septembre. Son nom avait d’ailleurs été souvent mentionné comme candidat républicain potentiel à la présidentielle.

À lire aussi:

Affaire Petraeus: la sécurité nationale n’a pas été compromise, dit le président Obama >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.