Un hélicoptère Sea King fait un atterrissage d’urgence dans un terrain vague

0
Dans l’Atlantique, deux militaires préparent l’hélicoptère SEA KING (430) pour son envolée à partir du NCSM Athabaskan dans le cadre d’un vol d’entraînement au tir de mitrailleuse C6, en janvier 2010 (Photo : Caporal Johanie Maheu, Service d’imagerie de la formation, Halifax)
Dans l’Atlantique, deux militaires préparent l’hélicoptère SEA KING (430) pour son envolée à partir du NCSM Athabaskan dans le cadre d’un vol d’entraînement au tir de mitrailleuse C6, en janvier 2010 (Photo : Caporal Johanie Maheu, Service d’imagerie de la formation, Halifax)

Un hélicoptère Sea King a été forcé de faire un atterrissage d’urgence le jeudi 22 novembre dans un terrain vague à Halifax.

Le ministère de la Défense nationale dit que l’hélicoptère effectuait un vol d’entraînement à partir de la Base des Forces canadiennes de Shearwater quand il a eu des problèmes avec ses systèmes hydrauliques.

Le lieutenant de Marine Len Hickey a précisé que l’appareil a fait un atterrissage d’urgence contrôlé dans un terrain en gravier vacant près d’une épicerie dans la banlieue de Halifax Bedford vers 14h20. Cinq militaires se trouvaient à bord, mais personne n’a été blessé.

Ces dernières années, les Sea Kings embarqués à bord des frégates canadiennes en mission dans le monde ont été peu fiables pour cause de «grand âge»: ils ont près de 50 ans. Les Cyclones, qui doivent les remplacer, sont censés être plus efficaces pour patrouiller les mers agitées du monde, mais le programme a pris du retard.

Même si le programme du Cyclone semble maintenant en bonne voie d’être réalisé, Sikorsky,  le fournisseur des hélicoptères maritimes a pris du retard dans la livraison de la version finale de l’hélicoptère et sur sa promesse de livrer les versions «intérimaires» destinées à l’entraînement et à la formation.

À lire aussi:

Hélicoptères maritimes Cyclones CH-148 : pas de nouveau retard! >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.