Deux millions d’Afghans en danger cet hiver

Cet hiver, près de deux millions d'Afghans sont en danger (Photo: Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les Nations Unies et plusieurs organisations humanitaires préviennent que plus de 2 millions d’Afghans sont menacés par le froid, la maladie et la malnutrition cet hiver, alors que la levée de fonds afin de les aider n’a pas atteint la moitié de l’objectif fixé.

Ainsi, seulement 48% des 448 millions $ qui a été demandé pour aider 8,8 millions d’Afghans avaient été récoltés fin novembre, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires.

En 2011, neuf organisations humanitaires avaient constaté que plus de deux millions d’Afghans, dans le nord du pays allaient manquer de nourriture à cause de la sécheresse, et que l’arrivée de l’hiver allait rendre inaccessible certaines régions.

Cette année, les préparatifs sont en cours afin d’aider les Afghans à des conditions hivernales difficiles, en particulier pour les 400 000 personnes qui vivent dans certaines des zones montagneuses les plus reculées du nord et du centre de l’Afghanistan.

La neige a déjà couvert les montagnes du pays et la première neige de l’année est tombé ce jeudi 13 dans la capitale afghane, Kaboul.

L’an dernier, l’Afghanistan a connu son hiver le plus froid et les plus importantes chutes de neige en plus de 15 ans.

«Les gens vivent dans des régions éloignées qui n’ont pas accès aux services de santé, a déclaré Mohammad Kakar Daim, directeur de l’Autorité intérimaire afghane de gestion des catastrophes nationales. Beaucoup de gens meurent de pneumonie et de rougeole», continue-t-il.

Selon les agences des Nations Unies et d’autres organisations humanitaires qui travaillent en Afghanistan, disent que dans 20 des 34 provinces de l’Afghanistan sont des zones à haut risque où l’approvisionnement alimentaire d’urgence, de carburant et de médicaments sont nécessaires.

«Je pense que les évènements de l’année dernière ont fait que nous devons être préparés et avoir une réponse toute prête», a déclaré Mark Bowen, le coordinateur humanitaire de l’ONU pour l’Afghanistan.

La neige lourde et les avalanches ont tué des dizaines de personnes dans les régions du pays l’hiver dernier, dont plus de 30 qui ont littéralement gelés à mort à Kaboul. Cinquante-cinq camps de fortune, des bidonvilles, se trouvent dans la capitale afghane, et abritent plus de 30 000 personnes – dont de nombreux déplacés d’ailleurs en Afghanistan à cause de la violence.

La plupart vivent dans des huttes de boue recouverte de feuilles de plastique ou des bâches. Les planchers sont couverts de boue avec de la moquette en plastique ou vieux. Pour garder au chaud, les habitants brûlent des chutes de bois et des déjections animales séchées. Une odeur désagréable par moment parvient même jusqu’à des camp de l’OTAN selon nos constatations. Il n’y a pas d’eau courante et les toilettes sont creusées à proximité des habitations.

«Il y a la lassitude des donateurs en général, a déclaré Bowen, coordinateur humanitaire de l’ONU. Et plus encore, il y a aussi la fatigue afghane.» Un appel aux dons, qui a été fait au nom de 63 organisations humanitaires pour 171 projets autour de l’Afghanistan, a reçu un peu plus de 214 millions $, soit 48% de l’objectif.

Par ailleurs, d’autres donateurs ont contribué à lever 270 millions $ pour d’autres projets divers, ce qui porte l’engagement total humanitaire à 484 millions $, soit la moitié du 894 millions $ qui avait été dépensé en 2011.