Du matériel militaire toujours coincé en Afghanistan

Des conteneurs sont toujours coincés en Afghanistan (Photo: Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Des conteneurs sont toujours coincés en Afghanistan (Photo: Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Près de 400 conteneurs sont encore coincés sur une base de l’OTAN à Kandahar.

45eNord.ca vous avait déjà parlé de ce problème en juin dernier, et la situation ne s’est pas amélioré malgré la réouverture de la frontière avec le Pakistan en juillet.

Le Pakistan avait fermé la route principale d’approvisionnement suite à une attaque aérienne proche de la frontière, qui a causé la mort de 24 soldats pakistanais. Le gouvernement exigeait alors un droit de passage de 5 000 $ par conteneur, contre 200 $ auparavant.

Avec la fin de la mission de combat en juillet 2011, de nombreux équipements étaient censés revenir au Canada, mais avec la fermeture de la route d’approvisionnement, les quelques 400 conteneurs sont restés coincés en Afghanistan.

Le ministère de la Défense nationale dit que le matériel est de faible priorité et que tout l’équipement sensible et de haute valeur a déjà été retourné au Canada.

Selon le lieutenant-général Stuart Beare, commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada, la valeur de l’équipement laissé à Kandahar fait qu’il vaut toutefois la peine de le récupérer.

Il a également précisé que ne pas avoir ce matériel, qui comprend entre autres des pneus, des tentes, des barbelés, des chariots élévateurs à fourche, de l’équipement d’ingénierie et des pièces de rechange non essentielles, n’empêche pas la régénération de l’armée.

Le général a indiqué que la Défense n’a pas reçu de conteneurs depuis que la route a été rouverte l’été dernier, et que les conteneurs canadiens sont dans une file d’attente gérée par l’OTAN.

Autre préoccupation: les conteneurs sont sur un terrain adjacent au terrain d’aviation de Kandahar et le Canada est locataire. La facture continue donc de grimper.

Alda Rodrigues, la présidente de la société embauché pour ce travail, A.J. maritime, une entreprise spécialisée dans ce genre de transport et dont le siège est sur la rue Victoria à Westmount (Montréal), a déclaré en juillet dernier que que le pillage est un problème très répandu dans les opérations de transport maritime.

Un vol de conteneurs avait été découvert une fois les conteneurs arrivés à Montréal (le contenu avait été remplacé par des roches et de sable).

Bref, c’est encore le chaos.

À lire aussi:

Matériel militaire canadien à rapatrier d’Afghanistan : vol et chaos à Karachi >>

Des centaines de conteneurs canadiens coincés en Afghanistan >>