Égypte: Morsi veut imposer la loi martiale, l’armée prête à le suivre

0
Ahmed Ali Mohamed, porte-parole des forces armées égyptiennes (Photo: Facebook)
Ahmed Ali Mohamed, porte-parole des forces armées égyptiennes (Photo: Facebook)

Luttant pour mater les manifestations qui ne s’arrêtent pas, le gouvernement du président Mohamed Morsi a approuvé une loi rétablissant la loi martiale, faisant appel aux forces armées pour maintenir l’ordre et donnant l’autorisation aux soldats d’arrêter des civils, rapportent les médias égyptiens ce samedi 8 décembre. Un porte-parole de l’armée confirme que les forces égyptiennes sont prêtes à suivre le président dans cette voie mais lance un appel pressant au dialogue à toutes les parties. 

M. Morsi n’a pas encore rendu l’ordonnance, dit le quotidien Al Ahram, proche du gouvernement égyptien, mais même s’il s’agissait seulement une menace, la préparation cette mesure marque une escalade dans la bataille politique entre les nouveaux dirigeants islamistes de l’Égypte et leurs adversaires laïques sur le projet de constitution soutenu par les islamistes soutenu.

« Le président Morsi publiera bientôt une décision pour la participation des forces armées dans les fonctions de maintien de la sécurité et de la protection des institutions étatiques vitaux jusqu’à ce que la constitution soit approuvée et les élections législatives terminées, » rapportait Al Ahram le vendredi 7 décembre, suggérant que la loi martiale devrait durer jusqu’en au moins février prochain. Des élections législatives devraient avoir lieu deux mois après le référendum constitutionnel, qui est prévue pour samedi prochain.

Un porte-parole des Forces armées, Ahmed Ali Mohamed, a déclaré pour sa part ce samedi 8 décembre que l’armée ne permettra pas à la violence de continuer et insiste pour dire que le dialogue est la seule vois valable.

Ali Mohamed a ajouté que la polarisation ne ferait que conduire le pays vers le bas « dans un tunnel sombre qui aura des conséquences désastreuses […]  » Ce que l’Armée ne permettra pas, précise Ali Mohamed. « Les forces armées ont toujours assuré la sécurité et la sûreté de la nation et de son peuple, et nous continuerons à le faire », a souligné le porte-parole des forces armées égyptienne.

En réponse à la déclaration des Forces armées, Abdel-Khalq Al-Sherif, un haut responsable des Frères musulmans, a déclaré pour sa part à Reuters que la déclaration a été équilibré et constitue une « étape pour aider à mettre fin à une crise politique qui ne prend pas parti. », ajoutant qu’il était bon pour l’armée «ne pas [à s’engager] dans les manœuvres politiques».

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.