Encore un militaire américain arrêté à Okinawa

2
Des Marines américains du 1st Marine Aircraft Wing Unit (MAU), à Okinawa, Japan,  tirent une salve d'honneur du pont du USS Harpers Ferry, en 2007, pour commémorer la bataille d'Iwo-Jima (Photo: U.S. Navy, Mass Communication Specialist 2nd Class Adam R. Cole)
Des Marines américains du 1st Marine Aircraft Wing Unit (MAU), à Okinawa, Japon, tirent une salve d’honneur du pont du USS Harpers Ferry, en 2007, pour commémorer la bataille d’Iwo-Jima (Photo: U.S. Navy, Mass Communication Specialist 2nd Class Adam R. Cole)

La police japonaise d’Okinawa a arrêté un militaire américain vendredi 30 novembre pour conduite en état d’ébriété et avoir embouti d’autres voitures, faisant ainsi 2 blessés légers, a rapporté le 1er décembre l’agence de presse japonaise Kyodo.

Le chauffard, Nathan Sales, 35 ans, appartient à l’unité logistique de l’US Marine Corps, logée au Camp Kinser, dans la ville de Urasoe à Okinawa.

La police locale a déclaré avoir arrêté Sales après que sa voiture eut percuté trois autres véhicules et légèrement blessé deux hommes autour de 19 heures, heure locale, dans une rue d’un village, ajoutant qu’il ont su qu’il était ivre par son haleine qui dégageait une forte odeur d’alcool.

L’incident est survenu en dehors des heures du couvre-feu qui a été imposée après que deux soldats américains aient été accusés d’avoir violé une femme d’Okinawa en octobre dernier.

L’alcool étant en cause dans la plupart des incidents, le commandement américain, non seulement a imposé un couvre-feu de 23h à 5h pour tous les militaires américains au Japon, mais la Marine américaine a aussi interdit de boire après 22 heures, même dans les clubs et les restaurants sur la base, et les marins impliqués dans de précédents incidents liés à l’alcool ne sont pas autorisés à quitter leurs bases sans une autorisation spécifique.

De plus, le vendredi 30 novembre, Sam Angelella, le commandant des forces américaines au Japon, a été encore plus loin et a lancé un programme appelé  » Buddy Program », qu’on pourrait traduire par « Programme de compagnonage », en vigueur depuis ce 30 novembre, qui interdit à tous les militaires américains de sortir seuls, même en dehors des heures de couvre-feu, et les oblige à être accompagnés par d’autres s’ils doivent quitter leurs bases.

Quant à Nathan Sales, on ne sait pas pour l’instant s’il était accompagné. Sinon, il serait le premier homme à avoir enfreint le nouvel ordre du commandant.

Le Japon a un taux de criminalité bien en dessous de la plupart des pays développés, et les vagues de protestations provoquées par ces incidents complique la présence militaire des États-Unis au Japon au moment même où s’intensifient les luttes territoriales en Mer de Chine et que les dirigeants américains et japonais doivent composer avec les efforts de la Chine pour étayer ses revendications territoriales sur dans les îles japonaises Senkaku, que les Chinois appellent Diaoyu. Plusieurs navires de patrouille chinois naviguent dans ou à proximité des eaux territoriales japonaises autour des îles presque tous les jours depuis plus d’un mois et la crise est loin d’être résolue.

Sam Angelella pour sa part a déclaré jeudi 29 novembre que le couvre-feu sera levé quand il estimera que les militaires comprennent enfin l’impact de leurs comportement.

À lire aussi:

L’inconduite de ses soldats complique la présence militaire des États-Unis au Japon >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion2 commentaires