Ivoirien tué par des militaires français: trois condamnés, un acquité

0
Firmin Mahé a été tué le 13 mai 2005, étouffé dans un blindé français (Photo: archives)

Dans le procès sur le meurtre d’un Ivoirien par des militaires Français déployés en Côte d’Ivoire en 2005, la cour d’assises de Paris vient de rendre son jugement: trois sont condamnés et un est acquité.

La cour d’assises de Paris a condamné le colonel Éric Burgaud, qui avait transmis l’ordre de tuer le criminel ivoirien présumé Firmin Mahé, à cinq ans de prison avec sursis ; l’adjudant-chef Guy Raugel, qui l’a étouffé avec un sac plastique, à quatre ans avec sursis ; le brigadier-chef Johannes Schnier, qui le maintenait, à un an avec sursis. Le conducteur du véhicule a, lui, été acquitté.

Le colonel Éric Burgaud, ancien chef de corps du 13e bataillon de chasseurs alpins, était accusé de «complicité par instigation du meurtre» ; l’adjudant-chef Guy Raugel, du 4e régiment de chasseurs (RCH), d’«homicide volontaire», tandis que le brigadier-chef Johannes Schnier et le brigadier Lianrifou Ben Youssouf, eux-aussi du 4RCH, étaient accusés respectivement de «complicité de meurtre par aide ou assistance» et du délit d’«omission d’empêcher un crime».

Présents en Côte-d’Ivoire durant l’opération Licorne, les militaires français avaient entendu parler de Firmin Mahé comme étant un bandit de grand chemin, un «coupeur de routes». Pour les proches de Firmin Mahé, ce n’était pas un bandit, il y a eu erreur sur la personne.

Le 13 mai 2005, il a été étouffé, la tête dans un sac-poubelle, alors qu’il se trouvait dans le blindé qui le transportait du camp de Bangolo vers celui de Man, à 600 km d’Abidjan, au nord-ouest du pays.

À lire aussi:

Quatre anciens militaires français jugés à Paris pour le meurtre d’un Ivoirien en 2005 >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.