John Baird rencontre la soeur du jeune tunisien dont l’immolation déclencha le « Printemps arabe »

1

En tournée au Maroc et en Tunisie, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a rencontré en Tunisie Leila Bouazizi , la soeur du jeune tunisien dont l’immolation a déclenché le « Printemps arabe » et lui a souhaité bonne chance dans ses études au Canada.

Leila, la soeur de Mohamed Bouazizi, le jeune vendeur ambulant tunisien de fruits et légumes dont le suicide par immolation, le 17 décembre 2010, est à l’origine des émeutes qui ont provoqué la révolution tunisienne, évinçant le président Zine el-Abidine Ben Ali du pouvoir, et déclenchant les manifestations et révolutions du « Printemps arabe « , viendra en effet à Montréal en janvier étudier au Collège Lasalle.

Le Collège LaSalle et l’Université du Québec à Montréal offrent tous deux des programmes en Tunisie. De plus, plus de 1 200 étudiants tunisiens s’inscrivent à des programmes postsecondaires au Canada chaque année.

Auparavant, au Maroc, le ministre Baird avait annoncé que l’aide humanitaire canadienne à la Syrie serait doublée et il a réitéré l’appel du Canada en faveur de sanctions ciblées contre le régime Assad, de l’intensification des pressions diplomatiques sur les quelques alliés restants de ce régime, et d’une action élargie pour l’isoler.

Le ministre a rencontré à la réunion des « Amis de la Syrie », qui avait lieu à Marrakech, des représentants de la nouvelle Coalition nationale syrienne des forces révolutionnaires et de l’opposition et les a encouragés à poursuivre leurs efforts pour mobiliser tous les secteurs de l’opposition syrienne, tout particulièrement en Syrie même, ainsi que l’ensemble des diverses communautés présentes dans le pays, mais n’ a toujours pas reconnu la Coalition, contrairement à son allié américain, comme seul représentant légitime du peuple syrien.

Puis, en Tunisie, le ministre Baird a rencontré le président Moncef Marzouki, le premier ministre Hamadi Jebali et le ministre des Affaires étrangères Rafik Abdessalem pour réaffirmer la détermination du Canada à collaborer avec la Tunisie dans sa transition vers la démocratie et discuter de la rédaction du projet de constitution, de la bonne gouvernance et des droits de la personne.

Participant, en Tunisie, au « Forum pour l’avenir » réunissant les membres de l’Initiative du G-8 pour le Grand Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, le ministre Baird s’est dit profondément déçu que le Forum n’ait pas condamné ce qu’il a appelé « les faux-fuyants du régime iranien pour empêcher la communauté internationale de vérifier ses prétentions quant à la nature de son programme nucléaire. »

Il faut se rappeler que, le 11 décembre, le Canada avait annoncé un élargissement des sanctions contre l’Iran, ajoutant, disait le communiqué du ministère, 98 entités associées au régime iranien à titre de “personnes désignées”, dont le Corps iranien des Gardiens de la révolution et l’organisation paramilitaire Basij. Les nouvelles mesures prises par le Canada visaient également les secteurs économiques qui appuient indirectement le programme nucléaire iranien ou lui accordent des fonds, soit ceux des hydrocarbures, des mines, des métaux et du transport maritime.

Syrie: plus pour les réfugiés, mais Ottawa ne reconnaît toujours pas l’opposition >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire

  1. M. le Ministre Baird a eu beaucoup de courage de passer en revue tant de problèmes qui retombent sous la coupe du silence et ne se refont surface qu’occasionnellement selon l’humeur de la presse internationale. Beaucoup de courage aussi d’accepter de parler si longtemps. Je salue son courage et me compte fièere d’être Canadienne.