La deuxième ronde du référendum en Égypte marquée par des accusations de fraude (MàJ)

0
Le référendum sur le projet islamiste de constitution divise l'Égypte (Photo: Frères musulmans
Le référendum sur le projet islamiste de constitution divise l’Égypte (Photo: Frères musulmans

Mise à jour 12/22/12

À 4h00, dimanche , heure du Caire, résultats des phases 1&2 du référendum, en comptabilisant aussi les votes des expatriés

OUI 64% (10,655,332 votes)

NON 36% ( 6,029,617 votes)

À 4h00, dimanche, heure du Caire résultats de la ronde 2 du référendun, le samedi 22 décembre

Avec 6714 bureaux de vote sur 6724

OUI 71% (5,920,713 votes)

NON 29% (2,427,693 votes)

Mise à jour 12/22/12

à 3h00, dimanche, heure du Caire

Du compte Twitter des Frères musulmans,

6553 bureaux sur 6724 (soit 97% des bureaux de vote)

« OUI »    71%  (5,749,743 votes)

« NON »  29%  (2,343,247 votes)

 

Mise à jour 12/22/12

Deux résultats préliminaires nous viennent, l’un du site des Frères musulmans et porte sur le vote du 22 décembre, l’autre d’Al-Ahram et fait la compilation des votes du 22 et du 15 décembre:

À 02h53, dimanche, heure du Caire, résultats sur le site web des Frères musulmans:

le « oui » mène avec 72% des voix, après dépuilements dans 5 026 bureaux de vote sur 6 724

« oui »: 4,198,436 votes (72%)
« non » 1,594,615 votes (28%)

Le deuxième nous vient d’Arham Online et porte sur l’addition du vote du 22 décembre à celui du 15 décembre

À 02h46dimanche, heure du Caire, Ahram Online donne le « oui » gagnant »

« oui » : 8,774,123 votes (63.59)
« non » 5,022,332 votes (36.40)

Nous n’avons toutefois pas les taux de participation et ce ne sont pas, bien sûr, les résultats officiels qui devront être annoncés plus tard.

Comme ce fut le cas lors du vote de la semaine dernière, l’opposition et les défenseurs des droits civils font état nombreuses irrégularités lors de la deuxième ronde, ce samedi 22 décembre, du référendum constitutionnel en Égypte: ouverture des bureaux de vote plus tard que prévu, des militants islamistes aux abords des bureaux de vote qui tentent d’influencer les électeurs et des observateurs indépendants qui se voient refuser l’accès.

En outre, le vice-président égyptien Mahmoud Mekki a annoncé sa démission aujourd’hui, précisant l’avoir d’abord présenté le 7 novembre dernier, mais avoir dû la reporter en raison d’évènements majeurs comme les raids israéliens sur Gaza puis le décret du président Mohamed Morsi. Ce décret, par lequel le président s’arrogeait des pouvoirs exceptionnels, avait été annulé par la suite, mais il fut une des causes des violentes manifestations qui secouent l’Égypte depuis lors.

Alors que le pays est pourtant en pleine crise politique, le vice-président a déclaré: «J’ai considéré aujourd’hui (samedi) que le moment était convenable pour annoncer ma démission en tant que vice-président de la république». Le frère de Mahmoud Mekki, Ahmed, reste, quant à lui, ministre de la Justice.

Les Égyptiens votent donc ce samedi 22 décembre dans la deuxième et dernière phase d’un référendum sur un projet de constitution soutenu par les islamistes qui a divisé la nation, alors que tout indique que le résultat du vote ne mettra pas fin à la crise politique dans laquelle le pays est plongé.

Pour certains partisans, un « oui » représente une chance de rétablir une certaine stabilité après presque deux ans de tumulte politique pendant la période de transition qui a suivi la chute du régime Moubarak en 2011. Mais, pour les opposants au projet islamiste, il s’agit avant tout de de préserver les traditions séculaires du pays et empêcher le président Mohammed Morsi et son groupe des Frères musulmans et leurs alliés salafistes de verrouiller le pouvoir.

Le vote de samedi se déroule dans 17 des 27 provinces de l’Egypte, avec environ 25 millions d’électeurs. Lors de la première phase du référendum, le 15 décembre, le « oui » l’avait emporté avec 56 pour cent, mais avec un taux de participation d’environ 32 pour cent seulement.

Les résultats préliminaires du second tour sont attendus samedi soir ou dimanche matin en Égypte. Comme la dernière fois, le vote sera prolongé jusqu’à 23h, heure du Caire. Le projet islamiste devrait passer, mais ça ne devrait pas être pour autant la fin de l’histoire.

Le compte Twitter des Frères musulmans parlait (à 12h heure, ce samedi 22 décembre, de Montréal) de « violations mineures et très limitées », mais d’autres observateurs signalaient un tel nombre record de violations électorales que même le journal Al-Arham, pro-gouvernmental, ne pouvait éviter d’en faire état:

Voir la couverture « live » de Al-Arham >>

À lire aussi:

Texte intégral de la proposition de constitution égyptienne soumise au référendum >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.