Le Hamas a fêté ses 25 ans en grande pompe

0

Le Hamas a fêté le samedi 8 décembre ses 25 ans avec quelques jours d’avance pour coïncider avec le jour de la première Intifada palestinienne, qui avait éclaté le 8 décembre 1987 dans la bande de Gaza. Écoutés et applaudis par des centaines de milliers de manifestants, ses leaders ont multiplié les déclarations les appels au djihad contre les civils israéliens en direct et devant les caméras du monde entier.

Pour marquer le coup, Khaled Mechaal, le chef du mouvement palestinien en exil depuis 45 ans, et qui n’avait pas foulé le sol de la bande de Gaza depuis 1967, est revenu à Gaza où il a été chaleureusement acclamé par 200 000 personnes, selon les services palestiniens de sécurité. A ses côtés, se retrouvaient de nombreux responsables du Hamas, dont le premier ministre, Ismaïl Haniyeh.

De chaque côté de la tribune officielle, on voyait des portraits géants du fondateur du Hamas, cheikh Ahmad Yassine, assassiné par l’armée israélienne en 2004, et du chef militaire du Hamas, Ahmad Jaabari, tué par la première frappe de l’opération israélienne «Pilier de défense » qui s’est déroulé du 14 au 21 novembre dernier.

Au milieu de l’estrade était posée une réplique de roquette M75 du Hamas, utilisée pendant les affrontements, avec l’inscription «Made in Palestine.»

Meshaal a appelé à « libérer toute la Palestine », excluant une reconnaissance de l’État d’Israël. « La Palestine, de la mer (Méditerranée) au fleuve (Jourdain), du nord au sud, est notre terre et notre nation, dont on ne peut céder ni un pouce ni une partie », a-t-il déclaré. « Nous ne pouvons pas reconnaître de légitimité à l’occupation de la Palestine ni à Israël », a-t-il déclaré. « Libérer la Palestine, toute la Palestine, est un droit, un devoir et un but. »

Le chef en exil du Hamas a également appelé à l’unité nationale et à la réconciliation: « Il est temps de tourner la page de la division » qui « a été imposée au moment où certains ont refusé les élections de 2006 (à l’issue desquelles le Hamas était sorti victorieux), mais c’est du passé », a-t-il affirmé.

« Toutes les formes de lutte, politique, diplomatique, juridique et de mobilisation sont légitimes pour recouvrer ses droits mais aucune n’a de sens sans la résistance », a encore dit Mechaal. « La démarche du frère Abou Mazen (Mahmoud Abbas, chef de l’Autorité palestinienne) aux Nations unies est un petit pas mais un progrès. Nous voulons que ce soit un soutien à la réconciliation nationale et serve le projet national », a souligné le chef du Hamas, qui s’est réjouit de l’obtention le 29 novembre dernier par la Palestine du statut d’État observateur non-membre aux Nations-Unies.

Le Fatah fêtera aussi son anniversaire à Gaza

Par ailleurs, le Fatah, rival du Hamas, pourra fêter cette année dans la bande de Gaza son 48e anniversaire, rapportait le dimanche 9 décembre l’agence palestinienne Maan, citant Yahya Rabah, un haut responsable du Fatah à Gaza.

Yahya Rabah a dit à l’agence de presse que les célébrations auront lieu dans une atmosphère positive de réconciliation et de joie après le vote de l’ONU accordant à la Palestine le statut d’État-observateur au sein de l’organisation intrnationale.

L’an dernier, les célébrations de l’anniversaire du Fatah ont été interdites par le Hamas, forçant l’annulation de toutes les festivités prévues.

Un comité spécial a  donccommencé à se préparer pour les festivités de cette année, qui se dérouleront dans la ville de Gaza.

Le Fatah a été fondée en 1965 par le défunt président Yasser Arafat et a longtemps été la force dominante dans la politique palestinienne et une pierre angulaire dans la lutte nationaliste. L’anniversaire de mouvement nationaliste et laïc ( son rival, le Hamas, est islamiste et religieux) est habituellement célébrée le 1er Janvier.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.