Nombre record d’appels au programme « Suivez le père Noël » du NORAD cette année

0
Comme chaque année depuis 1958, des bénévoles viendront au NORAD pour répondre aux questions des enfants (Photo: NORAD)
Comme chaque année depuis 1958, des bénévoles viendront au NORAD pour répondre aux questions des enfants (Photo: NORAD)

Les porte-paroles du programme « Suivez le père Noël » du NORAD, (le commandement de la défense aérospatiale d’Amérique du Nord) ont déclaré que les bénévoles du programme avaient répondu cette année à plus de 111 000 appels, brisant le record de 107 000 qui avait été établi l’an dernier, rapporte l’agence américaine Associated press.

La mission de l’organisme bi-national canado-américain est, bien sûr, de surveiller l’espace aérien nord-américain et, comme vous le savez, suit chaque année depuis 57 ans le père Noël dans sa tournée de distribution de cadeaux. Le NORAD répond aussi, à Noël, aux questions des enfants du monde entier sur la progresion de la tournée du père Noël.

Le NORAD reçoit, à Noël, des appels de 220 pays et territoires l’an dernier. Pour pouvoir les repérer rapidement, les bénévoles qui parlent d’autres langues que l’anglais portent des chapeaux de père Noël verts et une pancarte indiquant leurs langues afin que les organisateurs peuvent les trouver rapidement.

NORAD et l’organisme qui l’a précédé, le CONAD ( Continental air defense command) répondent aux appels des enfants et des adultes 1955. Tout a commencé quand un journal local s’est trompé et a donné dans une publicité un faux numéro pour appeler le père Noël, faux numéro qui s’est avéré être celui du commandement de la Défense aérienne. Les officiers ont décidé alors de jouer le jeu et, depuis, répondre aux questions des enfants à Noël est devenu une tradition.

Après 57 ans, le NORAD peut prédire ce que la plupart des enfants vont demander. Son manuel de 11 pages à l’intention des bénévoles comprend une liste de près de 20 questions et réponses, y compris l’âge du père Noël (au moins 16 siècles) et … si le traîneau du père Noël s’est déjà écrasé (non, bien sûr).

Mais certaines questions seront toujours imprévues. Cette année, par exemple, un jeune garçon a demandé quand le père Noël livrerait les cadeaux au paradis. La mère du bambin a expliqué à la bénévole qui répondait à l’appel que la soeur du bambin venait de mourir. la bén.vole a alors dit au gamin  » Je crois que c’est là (au paradis) que le père Noël se rend en premier.

D’autres appels sont tout aussi inatendus: une « grande soeur » qui voulait que le nom son petit frère soit mis sur la lite des enfants  » qui n’ont pas été sages », un autre voulait savoir combien il fallait débourser pour « adopter » un renne du père Noël, un enfant aux « sombres desins »  qui aurait aimé savoir quelle serait la meilleure façon et piéger et d’attraper le père Noël, sans oublier celui qui se demandait bien comment le père Noël pouvait fabriquer les iPads.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.