Plafond de 2,21% de hausse de loyer pour les soldats et élèves officiers

0
Le ministre de la Défense, Peter MacKay a annoncé ce dimanche 30 décembre un plafond de hausse de loyer pour la majorité des soldats et l’ensemble des élèves-officiers partout au pays. Il est même prévu une diminution de 10 pour cent de l’augmentation de loyer prévue pour les logements militaires des Forces armées canadiennes à la 4e Escadre Cold Lake.  « En plus des mesures mises en place à Cold Lake, notre gouvernement agit également pour s’assurer que l’augmentation des loyers de la majorité des soldats et élèves-officiers ne dépasse pas 2,21 pour cent, à l’échelle du pays, ce qui est similaire à l’augmentation moyenne de 2,2 pour cent des loyers des logements militaires, a aussi déclaré le ministre MacKay.  Un communiqué de la Défense nationale souligne que le ministre s'est ainsi assuré que des mesures soient mises en place en vue de réduire au minimum l’incidence d’une hausse de loyer sur les militaires dont la solde est moins élevée. Le ministre a donc autorisé la mise en place d’une limite de hausse de loyer de 2,21 pour cent durant l’exercice financier 2013-2014 pour les soldats aux premier et deuxième échelons salariaux et pour les élèves-officiers postés partout au Canada. Cette augmentation est similaire à l’augmentation moyenne nationale des loyers pour les logements militaires à travers le Canada, mais permet à ceux qui gagnent moins d’argent de ne pas être touchés par les écarts importants de loyers en fonction de l’essor des diverses économies régionales.  « Le gouvernement du Canada utilise tous les outils à sa disposition pour s’assurer que les militaires des Forces armées canadiennes et leur famille puissent profiter d’une bonne qualité de vie, et ce, peu importe où ils vivent sur le territoire canadien », a affirmé pour sa part le général Tom Lawson, chef d’état-major de la Défense.  Les logements du ministère de la Défense nationale sont évalués annuellement par la Société canadienne d’hypothèque et de logement. L’évaluation se fonde sur de nombreux facteurs, notamment le type de logement, l’usure, l’accès aux commodités et l’état général du logement. Grâce à cette formule, le montant des loyers des logements militaires est comparable à celui des habitations similaires sur le marché immobilier de la même région.  Les loyers mensuels ne peuvent pas être haussés de plus de 100 $ par mois, indépendamment de la valeur de l’évaluation de la Société canadienne d’hypothèque et de logement, et ne peuvent excéder 25 pour cent du revenu annuel brut des ménages, excluant les frais de stationnement, ainsi que le coût de l’essence et des services publics.
Logements militaires à Québec (Photo: Québec urbain)

Le ministre de la Défense, Peter MacKay a annoncé ce dimanche 30 décembre un plafond de hausse de loyer pour la majorité des soldats et l’ensemble des élèves-officiers partout au pays. Il est même prévu une diminution de 10 pour cent de l’augmentation de loyer prévue pour les logements militaires des Forces armées canadiennes à la 4e Escadre Cold Lake.

« En plus des mesures mises en place à Cold Lake, notre gouvernement agit également pour s’assurer que l’augmentation des loyers de la majorité des soldats et élèves-officiers ne dépasse pas 2,21 pour cent, à l’échelle du pays, ce qui est similaire à l’augmentation moyenne de 2,2 pour cent des loyers des logements militaires, a aussi déclaré le ministre MacKay.

Un communiqué de la Défense nationale souligne que le ministre s’est ainsi assuré que des mesures soient mises en place en vue de réduire au minimum l’incidence d’une hausse de loyer sur les militaires dont la solde est moins élevée. Le ministre a donc autorisé la mise en place d’une limite de hausse de loyer de 2,21 pour cent durant l’exercice financier 2013-2014 pour les soldats aux premier et deuxième échelons salariaux et pour les élèves-officiers postés partout au Canada. Cette augmentation est similaire à l’augmentation moyenne nationale des loyers pour les logements militaires à travers le Canada, mais permet à ceux qui gagnent moins d’argent de ne pas être touchés par les écarts importants de loyers en fonction de l’essor des diverses économies régionales.

« Le gouvernement du Canada utilise tous les outils à sa disposition pour s’assurer que les militaires des Forces armées canadiennes et leur famille puissent profiter d’une bonne qualité de vie, et ce, peu importe où ils vivent sur le territoire canadien », a affirmé pour sa part le général Tom Lawson, chef d’état-major de la Défense.

Les logements du ministère de la Défense nationale sont évalués annuellement par la Société canadienne d’hypothèque et de logement. L’évaluation se fonde sur de nombreux facteurs, notamment le type de logement, l’usure, l’accès aux commodités et l’état général du logement. Grâce à cette formule, le montant des loyers des logements militaires est comparable à celui des habitations similaires sur le marché immobilier de la même région.

Les loyers mensuels ne peuvent pas être haussés de plus de 100 $ par mois, indépendamment de la valeur de l’évaluation de la Société canadienne d’hypothèque et de logement, et ne peuvent excéder 25 pour cent du revenu annuel brut des ménages, excluant les frais de stationnement, ainsi que le coût de l’essence et des services publics.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.