Syrie: al-Assad passe à la vitesse supérieure et tire des missiles ballistiques Scud (MàJ)

0

Mise à jour 12/13/12 à 11h47

Comme il fallait s’y attendre la Syrie a démenti jeudi avoir tiré des missiles Scud. «Le ministère des Affaires étrangères dément catégoriquement les rumeurs affirmant que l’armée syrienne a tiré des missiles Scud», a affirmé la télévision nationale syrienne.

Interrogée la veille, le mercredi 12 décembre, sur la façon dont les États-Unis avaient appris que la Syrie avait tiré des missiles balistiques, la porte-parole du Département d’État, Victoria Nuland, avait affirmé clairement que les États-Unis détenaient la preuve de ce qu’il affirmaient mais ne pouvaient révéler leur source pour des raisons de sécurité. Voir, ici, la transcription du briefing à la presse du 12 décembre de Mme Nuland ( où, bien sûr, plusieurs autres sujet ont aussi été abordés).

Le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen,  pour sa part, a «condamné avec force» le tir de «plusieurs missiles à courte portée» en Syrie «plus tôt dans la semaine».

«L’utilisation de tels armements aveugles démontre le peu de cas que fait le régime de la vie des Syriens», M. Rasmussen, précisant que «Les missiles ont été tirés à l’intérieur de la Syrie et ont frappé le territoire.  » , sans donner de détails techniques.

Les forces du président Bachar al-Assad auraient tiré des missiles balistiques contre les combattants rebelles à l’intérieur de la Syrie, ont déclaré le mercredi 12 décembre des responsables de l’administration Obama, que cite le New-York Times.

Les forces d’Assad auraient pour la première fois tiré au moins six missiles Scud de conception soviétique munis d’ogives dans une tentative désespérée de repousser les rebelles qui ne cessent de gagner du terrain.

Encore hier, mercredi, les attentats se sont multipliés dans la capitale, dont trois visaient le ministère syrien de l’Intérieur. Il y a eu en tout à Damas, ce mercredi 12 décembre, au moins 11 morts et une cinquantaine de blessés.

Dans ce conflit qui a déjà tué plus de 42 000 Syriens, le gouvernement d’al-Assad, qui ne peut plus compter sur ses forces terrestres, semble recourir de plus en plus à l’artillerie, à la puissance aérienne et, maintenant, aux missiles.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, sans confirmer explicitement l’emploi de missiles Scud par Damas, a déclaré: «L’idée même que le régime syrien puisse lancer des missiles sur son propre peuple, à l’intérieur de ses frontières, est une escalade militaire stupéfiante, désespérée et totalement disproportionnée».

La porte-parole de Département d’État, a même parlé,  lors de son briefing du 12 décembre,  de «l’usage d’une autre arme monstrueuse, une sorte de bombe baril qui est une bombe incendiaire».

Lire l’article dans le New-York Times >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.