Syrie, le bilan s’alourdit alors que le régime al-Assad continue à résister

0

Le bilan des morts et des blessés s’alourdit à Damas  et ailleurs en Syrie, alors que les combats font toujours rage aux abords de Damas et que les rebelles sont aux portes de la capitale.

Non seulement le rebelles sont-ils aux portes de Damas, mais il ont réussi à s’emparer de vastes étendues de territoire dans le nord et de bases militaires.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), en ce vendredi 14 décembre, rapporte 7 personnes tuées dans la province de Damas. Toujours à Damas, 3 rebelles ont été tués lors d’affrontements avec des milices palestiniennes pro-Assad.

Le bilan provisoire pour le 14 décembre pour toute la Syrie est maintenant de 90 morts: 33 civils désarmés, 30 combattants rebelles et 30 soldats du régime.La veille, le jeudi 13 décembe, il avait été de 192 personnes: 111 civils (dont 26 enfants), 45 rebelles, 5 déserteurs de l’armée régulière et 31 soldats du régime.

Avec les rebelles qui tentent de pénétrer dans la capitale, le président Bachar el-Assad devra donc livrer un baroud d’honneur, alors que son régime affaibli s’effondre autour de lui.

Mais, si la fin approche, le régime n’a pas encore joué toutes ses cartes.

Assdad a encore des milliers de soldats fidèles et le monopole de la puissance aérienne.

En outre, la Russie, l’un des derniers soutiens au régime de Bachar al-Assad, affirme ce 14 décembre, au lendemain de propos d’un responsable russe jugeant possible une victoire des rebelles, qu’elle ne changerait « jamais » sa position sur la Syrie et continuait à soutenir Al-Assad.

De plus présence des extrémistes islamistes parmi les rebelles anéantisse l’espoir que l’Occident aide à changer le cours de la guerre civile par un soutien aérien en envoyant des armes lourdes à l’opposition.

Les rebelles admettent qu’il y a peu à faire face aux menaces venues du ciel, même si les forces rebelles ont pu abattre quelques uns des avions du régime ces derniers mois. Les frappes aériennes, qui, souvent, tuent des civils, ont dans certains cas, aliènent ls civils qui reprochent aux insurgés d’avoir ainsi attiré les foudre du régime sur les populations civiles.

Par contre, certains des plus grandes victoires des rebelles sur le champ de bataille ont été remportées par des militants islamistes. L’opposition syrienne semble donc  divisée sur la question de la présence et du rôle des groupes extrémistes dans la rébellion.

Pour l’instant, la position de l’opposition semble être de dénoncer Bachar el-Assad comme « le seul terroriste » du pays et de soutenir le Front al-Nousra, le groupe islamiste que l’administration américaine a désigné comme organisation terroriste plus tôt cette semaine.

Le président de la nouvelle Coalition de l’opposition, Mouaz al-Khatib, a d’ailleurs publiquement exprimé son désaccord avec la décision américaine de mettre sur la liste noire Jabhat al-Nousra, une force liée à Al-Qaïda lié qui s’est avéré être l’un des groupes de combat qui a eu le plus de succès dans la guerre contre le régime de Bashar al-Assad.

À lire aussi:

Les combats font rage dans la périphérie de Damas et le reste de la Syrie >>

Des islamistes parmi les rebelles qui se sont emparés d’une base militaire syrienne >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.