Birmanie: fin de l’offensive contre les rebelles kachins

0
Des soldats rebelles de l'Armée pour l'indépendance kachin gardent un avant-poste d'une route de ravitaillement entre Paw Jaw et Laiza (Photo: Kachin national organization)
Des soldats rebelles de l’Armée pour l’indépendance kachin gardent un avant-poste d’une route de ravitaillement entre Paw Jaw et Laiza (Photo: Kachin national organization)

Le régime birman a annoncé ce vendredi 18 la fin de l’offensive contre les rebelles de la minorité ethnique des Kachins, dans l’extrême nord du pays.

Dans un communiqué, le ministère de l’Information indique que l’armée « va cesser son opération militaire ». L’intensification des combats entre l’Armée pour l’indépendance kachin (KIA) et les soldats birmans depuis fin décembre avait soulevé une grande inquiétude au sein de la communauté internationale.

Il est également dit que « le commandant-en-chef a réaffirmé que la Tatmadaw [le nom officiel de l’armée]respecterait l’ordre du président de ne plus porter d’offensives sauf en cas de légitime défense […] mais dans un conflit armé, les deux côtés doivent cesser les attaques pour apaiser les tensions ».

Le gouvernement a aussi donné pour la première fois un bilan officiel des combats, soit 35 soldats tués et 190 blessés depuis la reprise des combats en juin 2011, après 17 ans de trêve. Les rebelles n’ont, pour leur part, jamais avancé de chiffre.

Une plus grande autonomie

L’ONU, les États-Unis, des organisations de défense des droits de l’Homme ainsi que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont lancés ces derniers jours des appels au dialogue, tous évoquant une menace chaque jour plus grande sur les populations civiles.

Les Kachins réclament plus d’autonomie et un partage plus équitable des richesses de leur État. Ils reprochent au pouvoir central de ne pas vouloir engager des discussions politiques de fonds quand ce dernier exige, au préalable, un cessez-le-feu.

Proposant la fin des hostilités, une motion de députés n’a pas été contestée par les députés militaires (qui ont droit à un quart des sièges de la chambre basse selon la Constitution du pays). « Il n’y a aucune raison de ne pas soutenir la proposition car nous travaillons pour la paix », a ainsi expliqué, le colonel Htay Aung.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.