Canada au Niger: les détails de la mission

1
Des candidats pour le Régiment canadien des opérations spéciales (RCOS) investissent un groupe de bâtiments dans le cadre d’un exercice.Le Commandement Forces d’opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN) est dotée des moyens nécessaires pour combattre le terrorisme partout dans le monde (Photo: Sgt John Nicholson, Caméra de combat)
Les forces spéciales sont prêtes à  former les forces nigériennes  (Photo: Sgt John Nicholson, Caméra de combat)

Les forces françaises ont envoyé un message clair avec la forte présence des troupes au Mali. Pour sa part, le Canada a refusé de s’impliquer militairement dans le conflit, mais prévoit former les forces du pays voisin, le Niger.

Il faut dire qu’il y a de fortes chances que les soldats du Niger soient confrontés aux islamistes rebelles qui ont pris le contrôle du nord du Mali. Le pays est en effet un important contributeur à la force d’intervention de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Le major Doug MacNair, porte-parole du Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada a précisé à 45eNord.ca que l’implication du Canada au Niger se ferait dans le cadre d’un exercice annuel: EX Flintlock. Moins de deux douzaines de membres des forces spéciales sont impliqués.

«La planification est terminée et nous mettons actuellement en œuvre ce plan», a indiqué le porte-parole dans un courriel.

45eNord.ca: Pouvez-vous expliquer la nature exacte de la mission? Pouvez-vous confirmer quel avion a été impliqué dans le transport du personnel du COMFOSCAN dans la région?

Ministère de la Défense nationale: Le but de cette visite est de procéder à la formation préalable et la préparation de l’exercice multinational Flintlock 13, parrainé par l’US Africa Command, qui aura lieu en Mauritanie en février et mars 2013.

La participation [du Canada]à l’exercice Flintlock n’est pas nouvelle; COMFOSCAN a participé à l’exercice Flintlock 11 et allait participer à Flintlock 12 jusqu’à ce qu’il ait été annulé l’année dernière. Ayant lieu chaque fois dans un pays différent de l’Afrique de l’Ouest, le COMFOSCAN est en partenariat avec le Niger pour Flintlock 13. Il n’est pas prévu de former les forces maliennes.

L’avion en question, un CC-177 Globemaster, livrait personnel du COMFOSCAN du Régiment d’opérations spéciales du Canada (ROSC), basé à Petawawa, en Ontario, au Niger.

L’avion est maintenant au Sénégal pour entretien.

45eNord.ca: En quoi cela consiste cette formation de renforcement des capacités?

MDN: Le personnel du COMFOSCAN fournit une formation en matière de reconnaissance, de navigation terrestre, d’adresse au tir, et d’autres compétences militaires de base pour les forces armées nigériennes.

45eNord.ca: Où la formation aura-t-elle lieu?

MDN: Conformément aux précédents renforcements des capacités, la formation se déroule dans le pays hôte, en l’occurrence le Niger. Proche du début de l’exercice Flintlock 2013, les membres du ROSC et leurs partenaires de formation nigériens se déplaceront vers le lieu de l’exercice en Mauritanie. Le Canada a participé à cet exercice depuis des années.

Les FC s’engagent pour la sécurité et la sûreté du personnel du COMFOSCAN sur le terrain.

45eNord.ca: Est-ce que cette formation est liée à la situation actuelle Mali?

MDN: EX Flintlock implique le renforcement des capacités de plusieurs pays de la région du Sahel qui contribue à la sécurité régionale. Cependant, le Mali ne participe pas à Flintock 13, et le Canada n’a pas de plan pour former les forces maliennes.

En revanche, le Premier ministre Stephen Harper, a confirmé que le Canada va apporter une aide logistique à l’opération militaire entamée au Mali, en engageant pendant une semaine un transporteur C-17 de l’aviation canadienne.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

DiscussionUn commentaire

  1. Fondateur de 45eNord.ca et journaliste indépendant, Nicolas est passionné par la «chose militaire». En Afghanistan, dans l’Arctique, aux États-Unis, au Canada ou un peu partout au Québec, Nicolas Laffont suit les Forces canadiennes lors d’exercices ou d’opérations.