Hillary Clinton témoignera le 23 janvier au Congrès sur l’attaque de Benghazi

0
 Hillary Clinton en mai 2012 devant la commission des Affaires étrangères du Sénat (Photo: U.S. Navy Petty Officer 1st Class Chad J. McNeeley, DoD)

Hillary Clinton en mai 2012 devant la commission des Affaires étrangères du Sénat (Photo: U.S. Navy Petty Officer 1st Class Chad J. McNeeley, DoD)

C’est finalement le 23 janvier, quelques jours avant qu’elle ne quitte ses fonctions, que la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, témoignera devant les élus américains au Congrès sur l’attaque meurtrière du consulat de Benghazi le 11 septembre 2012.

La secrétaire d’État devait quitter son poste après la prestation de serment de Barack Obama, le 21 janvier, mais elle restera en fonction jusqu‘à l’arrivée de John Kerry, actuel président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, désigné comme son remplaçant par le président, la date de la transition n’ayant d’ailleurs pas encore été annoncée par l’administration. C’est donc à titre de secrétaire d’État que témoignera Mme Clinton.

Le président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, Ed Royce, qui avait annoncé la date du témoignage de la secrétaire d’État dans un communiqué, a déclaré à propos de la comparution d’Hillary Clinton devant la commission: “Mon intention, dans cette audition, est de se concentrer sur la raison pour laquelle cette attaque n’a pas été mieux anticipée, quelles sont les erreurs des responsables du département d’État, et quelles insuffisances des responsables doivent être corrigées pour mieux sécuriser nos complexes diplomatiques à l‘étranger et protéger nos diplomates”, a dit le représentant républicain Ed Royce.

Hillary Clinton devait témoigner le 20 décembre devant la commission, mais un virus et une commotion cérébrale l’en avaient empêché. Hillary Clinton avait toutefois déclaré à la mi-octobre qu’elle assumait la responsabilité des conséquences de l’attaque.

Le commission a déjà tenu deux audiences sur Benghazi: l’une, le 20 Décembre, avec le sous-secrétaire, William Burns et le vice-secrétaire Thomas Nides, et l’autre, le 15 Novembre, avec le témoignage d’experts en sécurité, notamment d’ex membres du personnel de la CIA et du Government Accountability Office. Le général à la retraite et ex-directeur de la CIA, David Petraeus, avait dit dans son témoignage qu’il avait su rapidement que des proches  d’Al-Qaïda étaient impliqués dans l’attaque.

L’administration Obama a été critiqué par les républicains, qui ont même tenté d’en faire un enjeu électoral lors des présidentielles de novembre dernier, pour son incapacité à protéger le personnel et les installations américaines de  l’attaque de militants locaux qui avaient réussi à pénétrer à l’intérieur de la mission diplomatique américaine à Benghazi lors d’une attaque où l’ambassadeur Chis Stevens et trois autres américains ont perdu la vie.

L’ambassadrice des États-Unis, Susan Rice, pressentie pour succéder à Hillary Clinton à la tête du département d’État, a même dû retirer sa candidature à ce poste,  que les républicains au Congrès menaçaient de bloquer en raison de son rôle dans cette affaire. Les élus républicains  soupçonnaient Mme Rice d’avoir donné dans les médias une version fausse des évènements et d’avoir dit qu’il ne s’agissait pas d’une attaque terroriste, mais plutôt d’une manifestation spontanée, pour éviter de ternir le bilan du président Obama, alors en pleine campagne électorale.

Le FBI pour sa part poursuit toujours l’enquête sur ces attentats et n’a pas révélé quel est le groupe responsable de l’attaque, mais des rapports indiqueraient que ce groupe  pourrait avoir des liens avec une organisation locale du nom Ansar al Charia et avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

À lire aussi:

Attentat du 11 septembre à Benghazi, le chef de la sécurité du Département d’État démissionne >>

Succession d’Hillary Clinton: Rice tire sa révérence et laisse la place à Kerry >>

Petraeus : «On a su rapidement que l’attaque de Benghazi était liée à Al Quaïda» >>

Libye: l’ambassadeur des États-Unis tué >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.