La confirmation par le Sénat d’Hagel à la Défense n’est pas gagnée d’avance

0
Chuck Hagel, alors qu'il était sénateur (Photo, DoD)
Chuck Hagel, alors qu’il était sénateur (Photo, DoD)

C’est maintenant un secret de Polichinelle, Barack Obama s’apprête, selon à peu près tous les médias américains, à annoncer la nomination de Chuck Hagel au Pentagone.

Obama a choisi le sénateur John Kerry, sénateur démocrate du Massachussetts, pour le poste de secrétaire d’État, dans ce qui était la première étape dans la restructuration de son équipe de sécurité nationale, après que Susan Rice, qu’il avait d’abord pressenti pour remplacer Hillary Clinton au Department of State, eut retiré sa candidature parce que les républicains au Sénat menaçait de la bloquer.

Aux États-Unis, ce genre de nomination doit en efet être approuvée par le Sénat pour être validée.

La nomination maintenant de l’ancien sénateur républicain du Nebraska, âgé de 66 ans, actuellement coprésident du Comité consultatif sur le renseignement, qui pourrait être annoncée dès lundi, suscite la controverse chez les républicains en raison de ses déclarations passées, notamment son opposition à la guerre en Iraq, et de la faiblesse de son soutien à Israël.

Le sénateur John McCain, candidat défait par Obama à la présidentielle de 2008, qui considérait encore Hagel comme un «ami proche» en 2008 ( a « close and dear friend » dans les mots du sénateur McCain) a suggéré récemment que Chuck Hagel, qui fut pourtant membre de l’ddministration Reagan, n’était pas «un vrai républicain». Un autre collègue républicain, le sénateur de l’Indiana Dan Coats, accuse Hagel, vétéran décoré du Vietnam, où il fut blessé au combat, de «manquer de respect envers les militaires». Le sénateur de Floride Marco Rubio a pour sa part menacé de voter contre lui en raison de ses positions sur l’embargo contre Cuba. Chuck Hagel, en 2008, avait jugé «obsolète» l’embargo contre le régime de Castro.

Même chez les démocrates, le soutien des plus ardents défenseurs d’Israël, comme le sénateur indépendant et ex-démocrate Joe Lieberman, n’est pas encore acquis.

La faiblese de son soutien à Israël pourrait aussi empêcher sa confirmation par le Sénat. L’éditorialiste néoconservateur et éditeur du « Weekly standard », Bill Kristol juge «dangereuses» ses vues sur l’Iran et «déplaisant» son «mépris d’Israël et des Juifs».

Chuck Hagel s’était en effet déja opposé aux sanctions contre l’Iran et les opposants à sa nomination craignent aujourd’hui qu’il ne s’oppose à toute action militaire contre la bombe iranienne, alors que le programme nucléaire de Téhéran progresse rapidement.

Le leader de la minorité républicaine au Sénat, le sénateur Mitch McConnell a déclaré pour sa par, ce dimanche 6 janvier, qu’il réserve son jugement sur l’opportunité de soutenir Hagel mais a prédit que son ancien collègue aurait à répondre à de sérieuses questions sur ses prises de position sur l’Iran et Israël.

Le leader républicain a déclaré qu’un candidat au poste de secrétaire à la Défense doit avoir «une compréhension complète de notre étroite collaboration avec nos alliés israéliens, de la menace iranienne et de l’importance d’avoir une force militaire robuste. »

D’ailleurs, si on se fie à une analyse parue le 4 janvier, le magazine trimestriel américain de politique étrangère, Foreign Policy, propriété depuis 2009 de « The Washington Post company », faisait le recensement des adversaires des appuis à la nomination de Chuck Hagel au Pentagone, le combat s’annonce ardu.

Un extrait de Hardball, ici, avec Chris Mathews, explique bien l’opposition de plusieurs républicains à la nomination de Chuck Hagel:

À lire aussi:

Succession d’Hillary Clinton: Rice tire sa révérence et laisse la place à Kerry >>

Le probable futur chef du Pentagone, Chuck Hagel: esprit indépendant et ami d’Obama >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.