Le processus d’achat pour remplacer nos camions militaires vétustes: c’est reparti!

Une équipe de pièce du 1e Régiment, Royal Canadian Horse Artillery, à bord d’un VLMR, remorque un obusier C-3 de 105 mm pendant un exercice en 2005 à la BFC Wainwright, en Alberta (Photo: caporal John Bradley, FC)

Une équipe de pièce du 1e Régiment, Royal Canadian Horse Artillery, à bord d’un VLMR, remorque un obusier C-3 de 105 mm pendant un exercice en 2005 à la BFC Wainwright, en Alberta (Photo: caporal John Bradley, FC)

Le processus d’achat lancé en 2006 pour remplacer les camions militaires vétustes de l’armée canadienne, qui avait été arrêté brusquement l’été dernier, sera bientôt de nouveau sur les rails…à moins d’un nouveau malheur.

Une série de réunions est prévue plus tard ce mois-ci entre les responsables gouvernementaux et les sociétés en lice pour le contrat de la flotte de nouveaux camions de transport de taille moyenne pour les Forces canadiennes.

Les réunions doivent avoir lieu entre le 17 au 22 janvier dans la région d’Ottawa. «L’objectif principal de ces réunions en tête-à-tête est de valider certains aspects de la méthode d’approvisionnement SMP … et de donner l’occasion à l’industrie de rencontrer des représentants du gouvernement pour discuter de leurs points de vue», explique un avis de Travaux publics services gouvernementaux. « Toutes les solutions, idées ou les questions soulevées lors des réunions en tête-à-tête ou lors de toutes les autres sessions supplémentaires seront analysés pour un examen plus approfondi par le Canada. », ajoute cet avis.

On se rappelle que le gouvernement fédéral avait abruptement arrêté le processus d’achat de camions militaires en juillet dernier

Les entreprises soumissionnaires avaient jusqu’à 14h le mercredi 11 juillet pour présenter leurs offres pour ce contrat de plusieurs millions de dollars pour 1 500 camions logistiques de taille moyenne destinés à remplacer la flotte actuelle, qui date des années 1980 et qui dépasse, et de beaucoup, l’âge de la retraite.

Trois minutes avant l’heure limite, le ministère des Travaux publics avise par courriel les soumissionnaires de l’annulation du contrat, affirmant que les « circonstances budgétaires et économiques ainsi que la situation des marchés » avaient changé depuis l’annonce du programme en 2006, et déclare qu’il est nécessaire de réévaluer le programme afin de s’assurer que soit acheté le bon équipement au prix le plus avantageux avant de procéder à l’achat de camions.

On apprenait plus tard que c’est parce que le ministère de la Défense se préparait à dépenser 300 millions $ pour l’ajout de fonctionnalités aux camions sans en avoir reçu l’approbation du Conseil du Trésor que le gouvernement conservateur a stoppé ainsi le programme.

Le programme pour remplacer les camions est donc maintenant rétabli et fonctionnel. «Impliquer l’industrie fait partie de notre démarche d’approvisionnement intelligent et la nouvelle voie à suivre», a déclaré la ministre des Travaux publics, Rona Ambrose. «En travaillant en étroite collaboration avec l’industrie, notre gouvernement veillera à la meilleure valeur pour les contribuables canadiens, tout en offrant des Forces armées canadiennes l’équipement et les capacités dont ils ont besoin pour faire leur travail. »

Le gouvernement avait initialement prévu l’achat de 1 500 camions logistiques et 800 véhicules commerciaux adaptés à des fins militaires, ainsi que  l’équipement de ces véhicules, pour un coût total de 1,2 milliards.

Les camions de poids moyen sont les bêtes de somme des forces régulières et de la réserve pour le transport du matériel aux troupes, au Canada comme à l’étranger. Mais, après avoir roulé plus de 20 ans, les camions actuellement sont rouillées et ont des problèmes de freins et de direction.

 À lire aussi:

Nouveaux camions pour l’Armée: c’est pas demain la veille >>

L’affaire des camions militaires: la goutte d’eau qui fait déborder le vase >>

Achat de camions: dépenses additionnelles de 300 M$ sans approbation stoppées >>