Le rapport d’enquête sur l’accident d’un Griffon à Kandahar est rendu public

0

Le rapport d’enquête sur la sécurité des vols sur l’accident aérien mortel de l’hélicoptère CH-146 Griffon, survenu le 6 juillet 2009 près de l’aérodrome de Kandahar, a été rendu public ce mercredi 30 janvier.

L’hélicoptère 146434 était chargé de transporter deux passagers à destination et en provenance d’une base d’opérations avancée.

Lorsque la puissance au décollage a été augmenté, dit le rapport d’enquête, un très gros nuage de poussière s’est formé.

«Immédiatement après le décollage, l’hélicoptère a dérivé vers l’avant et la droite; il a heurté une barrière avant de pivoter vers la gauche, puis de basculer sur son côté droit et de prendre feu. L’un des pilotes n’a pas été blessé, tandis que l’autre l’a été légèrement. L’un des passagers a été grièvement blessé. Les trois autres passagers ont péri dans l’accident et l’hélicoptère a été détruit.»

L’enquête a révélé que la masse de l’hélicoptère excédait les limites fixées, que l’équipage n’a pas fait de calculs des performances avant le vol et qu’il a tenté d’exécuter un décollage sans connaître la puissance réelle disponible.

Des erreurs et des omissions dans des documents de référence techniques et opérationnels critiques auraient empêché l’équipage d’effectuer des calculs pré‑vol essentiels s’il avait choisi de le faire.

En outre, la preuve laisse croire qu’il existait un manque de compréhension généralisé au sein de la collectivité du CH-146 sur la façon d’utiliser correctement les données de performances de l’appareil.

L’enquête a également révélé que la formation des pilotes en ce qui a trait aux opérations dans des conditions visuelles réduites était inadéquate.

L’enquête a révélé, que le Griffon avait été déployé en Afghanistan en l’absence de stratégies d’atténuation appropriées pour certaines missions.

Il y avait eu, dit le rapport de la Direction de la sécurité des vols, «une rupture de communication entre les centres de commandement et les centres tactiques au sujet de l’intention du commandant de prendre des mesures visant à atténuer les performances limitées de l’aéronef dans le contexte de l’Afghanistan.»

Le nombre restreint de personnes disponibles dans certains postes clés au quartier général, précise encore le rapport, a contribué à un «manque de soutien à la planification pendant les phases de préparation au déploiement et de planification.»

Des mesures de sécurité ont été prises à la suite de l’accident, notamment, des activités visant à mieux gérer les risques, des améliorations aux processus de navigabilité technique, des modifications aux publications du CH-146, des changements aux procédures de vol, et la création d’un logiciel de prévision des performances.

En outre, les consignes de vol ont été modifiées pour prescrire à tous les passagers du Griffon de s’asseoir dans les sièges approuvés et de porter une ceinture de sécurité au décollage et à l’atterrissage.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.