Les États-Unis vont présider en 2013 un groupe de lutte à la piraterie de 80 pays

0
En octobre 2008, des pirates somaliens quittent le MV Faina qu'ils avaient capturé auparavant pour regagner la côte (Photo: Mass communication Specialist 2nd Class, Jason R. Zalasky, US Navy)
En octobre 2008, des pirates somaliens quittent le MV Faina qu’ils avaient capturé auparavant pour regagner la côte (Photo: Mass communication Specialist 2nd Class, Jason R. Zalasky, US Navy)

En 2013, les États-Unis, présideront en 2013 le « Groupe de contact sur la Piraterie aux large de la Somalie » (CGPCS), un partenariat de près de 80 pays, dont le Canada, et organisations internationales qui travaillent depuis 2009 à renverser la tendance à la criminalité maritime le long d’un des corridors maritimes les plus fréquentés du monde.

Dans un communiqué suite à une réunion à New-York du 11 décembre dernier,  le groupe a noté continué d’importantes réductions dans les attaques et les détournements d’avions et a appelé à un engagement international renouvelé à la lutte contre la piraterie par des moyens militaires, l’application de la loi, et des activités de développement.

Le groupe a souligné la nécessité d’une plus grande coopération entre toutes les parties prenantes, y compris les États, les organismes compétents et le secteur privé pour la poursuite des pirates, ainsi que pour la libération des marins capturés par les pirates.

Il a aussi appelé les autorités somaliennes à élaborer une stratégie de sécurité détaillée maritime pour faciliter une coopération étroite avec la communauté internationale afin de perturber et contrer l’activité des pirates et souligné également la nécessité de maintenir les niveaux actuels d’activité, la coordination opérationnelle et la force nécesaire pour maintenir la pression sur les pirates et consolider les acquis récents.

Le groupe a reconnu la nécessité de renforcer les mécanismes pour poursuivre les pirates appréhendés au large des côtes de la Somalie et a réitéré le besoin urgent d’enquêter et de poursuivre en justice quiconque incite ou facilite intentionnellement des opérations de piraterie.

Finalement, il a souligné l’importance des travaux en cours pour démanteler les réseaux de piraterie, avec un accent particulier sur les dirigeants, les financeurs et les facilitateurs de la piraterie.

Le « Groupe de contact sur la piraterie au large de la Somalie » est un forum international créé à New York le 14 Janvier 2009 afin de faciliter la discussion et la coordination des actions entre les États et les organisations pour supprimer la piraterie au large des côtes de la Somalie.

Les CGPCS a été établi en vertu de la résolution 1851 du Conseil de Sécurité de l’ONU (2008). À ce jour, plus de 80 pays et organisations internationales sont devenues partie intégrante de ce forum et tous travaillent activement à la prévention de la piraterie au large des côtes somaliennes.

Ici, un document produit en 2012 par l’ONU sur les coûts humains de la piraterie.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.