L’ONU veut plus de femmes dans sa police et un État de droit efficace après chaque conflit

0
Le Conseil de sécurité des Nations Unies en réunion (Photo: ONU/Evan Schneider)
Le Conseil de sécurité des Nations Unies en réunion (Photo: ONU/Evan Schneider)

Le vice-secrétaire général de l’ONU, Jan Eliasson, a souligné mercredi 30 l’importance d’établir un État de droit efficace et spécifique à chaque situation post-conflit.

«Délivrer la justice et la sécurité à l’aide d’un État de droit fort aide à réduire les risques de rechute» dans la violence, a expliqué M. Eliasson.

Pour ce faire, l’ONU souhaite bâtir un partenariat plus étroit entre ses différentes institutions dans les pays où sont déployées des opérations de paix, particulièrement le Programme des Nations Unies pour le développement et le Département des opérations de maintien de la paix. «Le but est de lier les différentes entités de l’ONU afin de coordonner notre appui aux pays sur le terrain», a précisé M. Eliasson.

L’organisation souhaite également renforcer le leadership des acteurs locaux, afin qu’ils aident les différentes missions à établir un État de droit efficace sur le terrain.

Citant les progrès accomplis sur le terrain, M. Eliasson a indiqué qu’en Côte d’Ivoire, l’Opération des Nations Unies avait permis la réouverture de 17 tribunaux et de 22 prisons.  En Haïti, la MINUSTAH a appuyé la mise en place de 18 bureaux d’aide juridique.

En Serbie, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés collabore avec le Gouvernement serbe et des ONG locales pour éviter que des personnes marginalisées ne deviennent apatrides, en fournissant, par exemple, des documents officiels à 20 000 Roms.

Par ailleurs, plus de 250 personnes ont été inculpées par des juridictions pénales internationales pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou génocide, dont plus de 120 ont déjà été reconnues coupables.  Ces initiatives ont contribué à rendre justice tout en replaçant les sociétés sur la voie d’une stabilité durable, a assuré M. Eliasson.

Jan Eliasson assure que le secrétaire général présentera au Conseil de sécurité un rapport complet.

Plus de femmes

L’ONU appelle également ses pays-membres à fournir plus d’officiers de police féminins afin de renforcer l’égalité hommes-femmes dans les différentes opérations de paix.

La conseillère sur les questions de police au Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU, Ann-Marie Orler (Photo: ONU/Evan Schneider)

«Notre but est d’avoir un service de police onusien le plus professionnel possible. Toutefois, nous ne pouvons pas être une organisation de police moderne sans encourager une participation égale d’hommes et de femmes», explique la conseillère sur les questions de police au Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU, Ann-Marie Orler.

Elle a ajouté que les efforts menés au niveau mondial pour inclure et faire participer davantage de femmes aux unités de la Police des Nations Unies avaient beaucoup contribué à augmenter le niveau de qualité de ce corps.

Elle a rappelé l’objectif fixé en 2009 de parvenir, d’ici à 2014, à un niveau de participation féminine de 20% dans les contingents de la police des opérations de maintien de la paix.  Indiquant que cette participation n’atteint pour le moment que 10% des effectifs.

Elle a invité les États Membres à inclure plus de femmes qualifiées dans les contingents qu’ils mettent à la disposition de l’ONU.  Elle les a invités à suivre l’exemple du Rwanda qui, le mois dernier, a mis 15 femmes à la disposition du contingent de Police onusienne en Côte d’Ivoire.  Avec le Bangladesh et l’Inde, le Rwanda fait partie des trois plus grands contributeurs de personnel de police féminin à l’ONU, a relevé Mme Orler.  Ces trois pays ont envoyé plus de 450 femmes qui représentent environ 37% de toutes les femmes servant dans la Police de l’ONU, a-t-elle précisé.

Mme Orler a mentionné les efforts menés dans le même sens par la Division de la Police de l’ONU qui s’est engagée à former 150 membres du personnel de police féminin, avec le soutien du Gouvernement des États-Unis.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.