Mali, RDC et Soudan au menu du 20e sommet de l’Union africaine

20
La cérémonie d'ouverture de la 20e assemblée de l'Union Africaine, à Addis Abeba, la capitale éthiopienne, les 27 et 28 janvier 2013 (Photo: Union africaine)
Le Conseil de Paix et Sécurité de l'Union Africaine a décidé de suspendre la participation de la Centrafrique à son organisation (Photo: Archives/Union africaine)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Une quarantaine de chefs d’État africains ont entamé hier dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, les travaux du 20e Sommet de l’Union africaine, dominés par la situation au Mali, mais où ils doivent également se pencher sur plusieurs autres conflits, notamment en République démocratique du Congo (RDC) et en République centrafricaine.

«Nous ne pouvons jamais trop souligner l’importance du besoin de paix et de sécurité, sans paix et sécurité, aucun pays ou aucune région ne peut espérer la prospérité pour tous ses citoyens», a déclaré Nkosazana Dlamini Zuma, nouvelle présidente de la Commission de l’UA, l’organe exécutif de l’organisation.


Les temps forts de la cérémonie d’ouverture de la session ordinaire de l’Union Africaine (source: abidjantv)

Évoquant les tensions dans l’est de la RDC, où l’armée régulière affronte depuis avril les rebelles du mouvement M23, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, présent au sommet de l’organisme pan-africain, a évoqué la possibilité d’adosser une mission d’imposition de la paix à la mission de l’ONU déjà présente dans le pays (Monusco).

L’ONU souhaite renforcer sa mission en RDC avec une unité d’intervention forte de 2 500 hommes pour s’attaquer au M23 et aux autres groupes rebelles présents dans la région.

D’ailleurs, un mini-sommet sur la RDC, réunissant les présidents de RDC, du Rwanda, de l’Ouganda autour du secrétaire général de l’ONU, devrait se tenir dans la capitale éthiopienne en marge du sommet de l’UA.

De plus, les présidents du Soudan, Omar el-Béchir, et du Soudan du Sud, Salva Kiir, se sont rencontrés une première fois le vendredi 25 janvier et une deuxième fois, ce dimanche 27 janvier, pour tenter de résoudre leurs différends, un an et demi après l’accession du sud à l’indépendance.

Ban Ki-moon avait appelé les dirigeants du Soudan et du Soudan du Sud à entamer des discussions directes pour permettre l’aide humanitaire d’urgence nécessaire aux civils affectés dans cette région d’Afrique.

Quant au Mali, l’UA a décidé d’augmenter les effectifs de la force africaine au Mali (la Mission internationale de soutien au Mali) et a pressé le Conseil de sécurité de l’ONU de fournir une aide logistique temporaire d’urgence pour accélérer son déploiement.