Mali, rien ne va plus: le président Traoré appelle à l’aide pour repousser les islamistes

0
Iyad Ag Ghaly, leader du mouvement Ansar ed-Dine ayant pris possession du nord du Mali (Photo: afriquemonde)
Iyad Ag Ghaly, leader du mouvement Ansar ed-Dine ayant pris possession du nord du Mali (Photo: afriquemonde)

Le Conseil de sécurité de l’ONU a demandé jeudi un «déploiement rapide» de la force internationale au Mali devant la «grave détérioration de la situation» sur le terrain, enjoignant les États membres «d’aider les forces de sécurité maliennes à réduire la menace représentée par les organisations terroristes» qui contrôlent le nord du Mali, et se sont maintenant lancés à la conquête du sud du pays.

Les islamistes armés ont pris jeudi Konna, une localité du centre du pays à 70 km de la ville de Mopti (640 km au nord de Bamako) où est basé l’état-major régional de l’armée malienne.

Ces affrontements entre l’armée malienne et les islamistes, les premiers depuis neuf mois. Les insurgés qui s’étaient emparés du nord du pays n’avaient plus bougé depuis qu’il s’étaient emparés du nord du pays amis, selon ds sources concordantes, ils avancent maintenant vers le Sud, en direction de la capitale Bamako, avec des forces deprès de 1200 hommes équipés de véhicules tout-terrain.

Une intervention militaire au Mali a été approuvé par l’ONU le 20 décembre dernier mais elle ne pouvait pas se faire aux dires des puissances occidentales, avant que ne soient formées et entraînées les forces des pays d’Afrique de l’Ouest qui devaient se déployer au Mali, soit probablement pas avant septembre proichain.

Il semble maintenant que les rebelles aient décidé, quant à eux, de ne pas attendre si longtemps..

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.