Noble Guerrier 13 – Le réserviste: deux fois citoyen

0

Le jour du 6 janvier en fut un de grande importance pour plusieurs militaires recevant la visite des employeurs actuels et potentiels qui ont pu voir les jeunes réservistes dans l’exercice de leurs fonctions.

Un programme chargé attendait les visiteurs. L’exercice de combat urbain du Groupement tactique du 34e Groupe-brigade du Canada (GT 34 GBC), réunissait une centaine d’hommes de la compagnie A, qui sont entrés en action tôt le matin, sous l’œil averti du Lieutenant-colonel Mercier.

«Ce que vous verrez devrait être assez intense, assez agressif et assez concis dans le temps», a commenté le Commandant du GT 34 GBC par rapport au scénario prévu. La dizaine de visiteurs, massée le long du toit d’un immeuble de quatre étages ont pu admirer l’exercice des troupes, pour le moins énergiques et habilement orchestrées.

S’en est suivi une visite du poste de commandement du GT 35 GBC où les gens d’affaires se sont familiarisés aux armes C7 et 9 mm, dont les militaires disposent en service. Le repas du midi s’est donné sous le signe de la gastronomie des champs de bataille avec les rations militaires. Plusieurs activités étaient prévues en après-midi, dont la visite des artilleurs et de l’équipe médicale, avant que ne se donne le souper en compagnie des généraux et des colonels commandants.

Le plus value du réserviste au civil

Pour les néophytes en matière militaire, il n’est peut-être pas évident de constater l’apport d’un employé dans leur entreprise.

Le président provincial du Conseil de liaison des Forces canadienne, Me Jean Fournier, a fait modifier la loi des Normes du travail en 2007 pour que les réservistes puissent prendre des congés hors vacances afin d’aller en entraînement ou de partir en mission à l’étranger pour une période plus longue tout en préservant leur emploi au retour. «À chaque fois c’est merveilleux, les gens reviennent enchantés. Ils découvrent le monde militaire […] Ils me disent – dorénavant, je ferai attention à mes réservistes, à mes employés et leur permettrai d’aller s’entraîner, se former, parce que je viens de voir ce qu’ils font vraiment.»

Les visiteurs ont vu l’exemple du poste de commandement de la compagnie de services du GT 35 GBC où les réservistes ont une occupation civile tout aussi prenante : le Capitaine Parent enseigne les techniques de Transports au Cégep, le Lieutenant Gauthier retourne aux études en administration et le Soldat Vézina poursuit sa vie étudiante au Cégep.

Comme le dit le Lieutenant-colonel Hallé : «Il n’y a pas de guerre sans logistique.» C’est pourquoi les militaires travaillant à temps partiel et à temps plein se retrouvent ensemble pour s’entraider, dans un esprit de mentorat. Leurs compétences serviront aux réservistes qui, peut-être, à leur tour, prendront le chemin de l’armée régulière ou continueront de combiner deux passions, celle du civil et du militaire.

Les qualités du réserviste au civil

C’est en compagnie de l’unité de Transmissions que se sont concrétisés les avantages du Réserviste au civil.

Pascal Fortin chef de l’entreprise Go Secure, spécialiste de la sécurité de l’information, a les mots justes pour décrire le travail de ses employés également à la réserve, les Lieutenant Robinson et Arsenault présents pour l’exercice. «L’armée développe le sentiment d’urgence chez les gens. C’est un facteur critique pour le succès des entreprises et c’est extrêmement difficile à développer chez les civils, bien que cela existe aussi, comme pour les sportifs. […] Il ont aussi la capacité à se fixer un objectif et de tout faire pour l’atteindre», a souligné M. Fortin.

Parmi les coups de feux, les courses avec 23kg de poids sur le dos et les longues attentes en position stratégique, l’exercice Noble Guerrier 13 est également une des étapes donnant l’occasion aux militaires de devenir de meilleurs citoyens, au service d’un bien commun, la paix.

À lire aussi:

Noble guerrier 13: utiliser la fiction pour servir le réel >>

Diplômée d'une maîtrise sur les politiques culturelles européennes à la Sorbonne Nouvelle et d'un Certificat en journalisme à l'Université de Montréal, Mélanie oeuvre en presse écrite et web depuis 2005. Elle a occupé le poste de directrice de l'information au ChâteauguayExpress.ca et est pigiste pour différents médias à l'étranger.

Les commentaires sont fermés.