Onzième jour de l’intervention au Mali: vers une «reconquête totale»

0

Heure par heure, suivez sur 45eNord.ca, le déroulement du Jour 11 de l’Opération Serval au Mali.

(En heure de Montréal et, entre parenthèses, en heure de Paris; pour Bamako, retranchez 1 heure à l’heure de Paris):

16h30 (22h20)

Le Conseil des Ministres maliens s’est réuni en session extraordinaire ce lundi 21 janvier 2013, sous la présidence du Président de la République par intérim, Dioncounda TRAORE, a adopté une mesure autorisant la prorogation de l’état d’urgence de trois mois à compter d’aujourd’hui.

15h00 (21h00)

Dans l’affaire de la prise d’otages à In Amenas, en Algérie, le groupe islamiste qui a attaqué le  complexe gazier a utilisé les otages comme boucliers humains pour stopper les coups de feu tirés par les troupes algériennes héliportées, a raconté lundi un otage philippin rescapé, rapporte l’AFP.

13h15, Montréal (19h15, Paris)

L’immense majorité (99%) des 6 000 Français du Mali a choisi de rester sur place, malgré l’offensive de l’armée française, selon le député socialiste Pouria Amirshahi.

11h45 (17h45)

Le président égyptien Mohamed Morsi s’est déclaré opposé à l’intervention militaire de la France au Mali, lors d’un discours à l’ouverture d’un sommet économique arabe à Ryad.

«Nous n’acceptons en aucun cas l’intervention militaire au Mali (…) qui est de nature à alimenter le conflit dans la région», a déclaré le chef de l’État.

10h10 (16h10)

Sur Twitter, le porte-parole de la Mission de la France auprès de l’ONU indique: «Ce mardi, à la demande de la France, le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira en séance publique sur le Mali.»

09h45 (15h45)

La photo de ce soldat français au Mali fait le buzz sur les réseaux sociaux. Le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l’armée, estime qu’il s’agit d’un «comportement pas acceptable mais cette image n’est pas représentative de ce que la France fait au Mali. Le militaire concerné est en cours d’identification.»

(Photo: Issouf Sanogo/AFP)

09h25 (15h25)

L’Observatoire des situations de déplacement interne «fait part de son inquiétude au sujet de milliers de personnes qui ont été forcées de se déplacer à l’intérieur du Mali depuis le début de l’intervention militaire [… ] Ces populations civiles rejoignent environ 220 000 personnes déjà déplacées en 2012. Le chaos dans lequel se trouve actuellement le pays et la fermeture de certaines frontières pour tenter de contenir la menace que représente les groupes islamistes ne laissent que peu d’options aux civils pris au piège».

09h15 (15h15)

Le Premier ministre algérien Abdelmalek Sallel déclare que 37 étrangers de huit nationalités différentes ont été tués au total lors de la prise d’otages près d’In Amenas. Cinq personnes sont toujours portées disparues. 29 preneurs d’otages ont été tués et trois ont été arrêtés.

Tokyo confirme la mort de sept Japonais.

8h55 (14h55)

La planification de la «guerre de récupération» serait en cours. Les troupes maliennes, nigériennes et tchadiennes maîtrisant mieux le désert devraient être au premier plan, accompagnées des troupes françaises mieux équipées avec de gros moyens logistiques et un renseignement de pointe.

8h30 (14h30)

Il y a désormais un peu plus de 2 150 militaires français, sur les 2 500 promis par le président François Hollande, qui participent à l’Opération Serval au Mali.

08h00 (14h00)

Les touaregs du MNLA se disent prêts à entrer en guerre contre les islamistes. S’ils ont participé à la conquête du nord à leur côté, ils se disent maintenant prêt à le faire pour le compte de l’État.

Dans la foulée de ces conquêtes, les rebelles touaregs ont été supplantés par d’autres groupes, dont Ansar Eddine.

7h45 (13h45)

L’Union européenne a proposé d’organiser une réunion internationale ministérielle sur le Mali le 5 février à Bruxelles.

7h30 (13h30)

La chaîne de télévision algérienne Ennahar TV annonce que deux des preneurs d’otages qui ont attaqué le complexe gazier d’In Amenas, en Algérie, sont des Canadiens.

7h00 (13h00)

Le ministre de la Défense francais Jean-Yves Le Drian confirme dans un communiqué la reprise lundi matin «du contrôle des villes de Diabali et Douentza», dans le centre du pays.

6h45 (12h45)

Alors qu’il devait être entendu aujourd’hui devant le Parlement européen, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, n’ira pas à cause des intempéries.

«Situation au Mali: le débat entre le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et la Commission des Affaires étrangères, a été annulé en raison des mauvaises conditions météorologiques», indique le Parlement sur son site internet.

05h00 (11h00)

À Diabali, les démineurs entrent en action et vérifient certaines maisons qui auraient été piégées par les rebelles.

04h15 (10h15)

D’après un journaliste qui les accompagnait, une colonne d’une trentaine de véhicules blindés dans laquelle se trouvait quelque 200 soldats maliens et français est entrée dans la ville de Diabali à 10h (heure française) sans rencontrer de résistance. Des habitants sont sortis de leurs domiciles pour saluer l’arrivée des soldats.

03h30 (09h30)

Le portail d’informations Jeune Afrique annonce que, contrairement à ce qui avait été annoncé par le ministre Laurent Fabius, les avions de chasse Rafale ne sont pas passés au-dessus de l’espace aérien algérien, le 13 janvier pour bombarder les positions des jihadistes à Gao, mais seraient en réalité passer par le Maroc!

02h53 (08h53)

L’Agence France Presse, citant une source militaire, indique que des soldats français et maliens étaient en route lundi matin vers la ville de Diabali prise il y a une semaine par des islamistes qui l’avaient en partie abandonnée le 17 janvier après des bombardements de l’aviation française.

La colonne de véhicules blindés a quitté à l’aube la ville de Niono, à 350 km au nord-est de Bamako.

01h00 (07h00)

Le président de la Commission de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest, Désiré Kadré Ouédraogo, appele la communauté internationale à «se mobiliser» pour boucler le financement de la Mission internationale de soutien au Mali. Selon lui, une «première évaluation» situe les besoins à «environ 500 millions $».

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.