Opérations de recherche et de sauvetage : bilan 2012

0

La Force aérienne du Canada a publié sur son site ce mercredi 9 janvier le bilan de ses activités de recherche et de sauvetage pour l’année qui vient de se terminer. En 2012, le personnel de recherche et de sauvetage (SAR) de l’Aviation royale canadienne a été, révèle ce bilan, fort occupé partout au Canada.

De janvier à novembre, les équipages ont effectué 953 missions SAR; en novembre seulement, on leur a confié 61 missions : 22 dans la région SAR de Victoria (C.-B.), 17 dans celle de Trenton (Ont.) et 22 dans celle de Halifax (N.-É.), précise le texte de l’Aviation canadienne..

Le Centre conjoint de coordination de sauvetage et la Garde côtière canadienne (GCC), en consultation avec le ministère des Pêches et des Océans et d’autres intervenants, ont travaillé de concert en vue de renforcer leur capacité d’intervention en cas d’incidents SAR à certaines périodes de l’année.

Lors de l’ouverture des zones de pêche du homard qui a eu lieu le 27 novembre dans les districts 33 et 34 (Halifax et le sud de la Nouvelle-Écosse), les équipes de sauvetage du 413e Escadron de transport et de sauvetage, basé à la 14e Escadre Greenwood (N.-É.), se tenaient prêtes à intervenir plus rapidement, soit dans un délai de 30 minutes. Les pêcheurs avaient prévu d’installer leurs casiers le jour de l’ouverture de la saison de pêche du homard et, en raison de l’intensification de la circulation maritime qui s’ensuivit, les équipes SAR ont maintenu leur capacité d’intervention accélérée par mesure de précaution.

Les services de recherche et sauvetage au Canada

Les services SAR canadiens, souligne le bilan, sont intégrés et ils sont assurés par les Forces canadiennes (FC), la GCC, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et par des organismes fédéraux, provinciaux, municipaux et bénévoles. Mais c’est l’Aviation canadiennequi sont les principales responsables de la prestation du service aéronautique SAR, alors que les Marine royale canadienne et la GCC se partagent la responsabilité du service maritime SAR. Les équipes de recherche et sauvetage, bien sûr, sont en disponibilité en tout temps.

La zone de responsabilité SAR du Canada, précise encore le bilan, se divise en trois régions SAR : Victoria (C.-B.), Trenton (Ont.) et Halifax (N.-É), et elle s’étend sur une superficie de plus de 18 millions de kilomètres carrés de terre et d’eau, soit une fois et demie la masse terrestre du Canada. Dans chaque région, un centre conjoint de coordination de sauvetage, doté de membres du personnel des FC et de la GCC, coordonne les opérations aéronautiques et maritimes SAR déclenchées si un incident survient dans leur zone de responsabilité.

Afin de maintenir leurs compétences, les équipes SAR s’entraînent chaque jour dans leur propre escadre et se réunissent chaque année en vue de participer à l’exercice national de recherche et sauvetage (SAREX), qui a eu lieu cette année en octobre.

Prix internationaux importants

Enfin, il faut noter, même si le bilan publié ce mercredi par l’Aviation royale n’en fait pas mention, que c’est en 2012 que deux importants prix internationaux ont été remis à des équipes canadiennes de recherche et sauvetage.

En octobre, le sergent Janick Gilbert (à titre posthume), le caporal-chef Max Lahaye-Lemay et le caporal-chef Marco Journeyman ont reçu un prix de l’Organisation maritime internationale pour acte de bravoure remarquable en mer pour avoir sauvé la vie de deux chasseurs inuits pris au piège dans les eaux glacées près d’Igloolik, au Nunavut, le 27 octobre 2011.

Un autre prix prix, le prix 2012 de la Guild of Air Pilots and Navigators (GAPAN) pour acte de bravoure, a également été été remis, non seulement au sergent Gilbert, au caporal-chef Lahaye-Lemay et au caporal-chef Journeyman, mais aussi à tout l’équipage de l’hélicoptère Cormorant du 103e Escadron de recherche et sauvetage de Gander (T.-N.-L.).

À lire aussi:

L’Aviation canadienne a reçu un autre prix international pour acte de bravoure >>

Prix international pour «Exceptionnelle bravoure en mer» pour trois militaires canadiens >>

SAREX 2012: quand la réalité rejoint le scénario >>

Recherche et sauvetage: coup d’envoi pour SAREX 2012 >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.