Remplacement des CF-18: cinq constructeurs approchés, à la fin, il n’en restera qu’un

Un point saillant du spectacle donné à Ville de la Baie (Québec) : le vol effectué au crépuscule, alors que les effets complets des tuyères de postcombustion sont parfaitement visibles, à la grande joie des spectateurs... et des photographes (Photo: Section d’imagerie de la 3e Escadre)
Un point saillant du spectacle donné à Ville de la Baie (Québec) : le vol effectué au crépuscule, alors que les effets complets des tuyères de postcombustion sont parfaitement visibles, à la grande joie des spectateurs... et des photographes (Photo: Section d’imagerie de la 3e Escadre)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un point saillant du spectacle donné à Ville de la Baie (Québec) : le vol effectué au crépuscule, alors que les effets complets des tuyères de postcombustion sont parfaitement visibles, à la grande joie des spectateurs... et des photographes (Photo: Section d’imagerie de la 3e Escadre)
Les CF-18 devront patienter un peu plus longtemps avant d’être remplacés (Photo: Section d’imagerie de la 3e Escadre)

Le gouvernement du Canada a demandé à cinq constructeurs américains et européens d’avions de combat de lui faire des propositions pour remplacer sa flotte de CF-18.

Dans une lettre aux principaux constructeurs, Lockheed Martin, Boeing, Dassault Aviation, EADS Eurofighter et Saab, le ministère des Travaux publics annonce que le gouvernement canadien allait prochainement les approcher pour savoir le type d’appareils possible qui pourrait être soumis pour la nouvelle flotte de chasseurs.

«Un composant clé de cette initiative est l’analyse de marché relative aux chasseurs qui sont en cours de production ou dont la production est prévue.», souligne la sous-ministre Michelle d’Auray, dans la lettre datée du 27 décembre 2012. La participation de votre entreprise aidera grandement le gouvernement du Canada dans son évaluation des options pour un avion de combat de remplacement».

En juillet 2010, la Défense et le premier ministre annonçaient avoir choisi le chasseur F-35 de Lockheed Martin sans évaluer d’autres avions.

Mais au printemps dernier, le vérificateur général du Canada publiait un rapport accablant, notant les dépassements de coûts sur les projections initiales, ce qui a finalement forcé Ottawa à rectifier le tir concernant sa démarche. Le coût des F-35 est ainsi passé de 16 milliards $ tout inclus à près de 46 milliards $. La subtilité étant en grande partie la durée de vie utile de l’appareil.

Le nouveau processus permettra aux manufacturiers de vanter au gouvernement canadien les capacités de leurs appareils, comme le Super Hornet (Boeing) ou le Rafale de Dassault, par exemple.

Selon nos sources, Dassault devrait présenter une offre similaire à ce qu’elle avait présentait en novembre 2010.