Syrie: Brahimi émet pour la 1ère fois des réserves sur le maintien au pouvoir d’Assad

0

L’émissaire international sur la Syrie Lakhdar Brahimi a dit le mercredi 9 janvier ne pas voir le président syrien Bashar al Assad faire partie d’un gouvernement de transition tel que recommandé par le plan de paix accepté par les grandes puissances l’an dernier.

En même temps, il s’est dit d’avis que ce plan de paix, la déclaration de Genève, élaboré par son prédécesseur Kofi Annan en juin 2012, restait « la base d’une solution en Syrie ».

L’émissaire des Nations-Unies et de la Ligue arabe pour la Syrie a par ailleurs jugé « sectaire » et « partial » le discours du président syrien Bashar Al-Assad de dimanche dernier. « Ce discours « est la répétition d’initiatives anciennes qui n’ont clairement pas marché (…) En 2012, il y a eu un nouveau Parlement, une nouvelle Constitution, un nouveau gouvernement. Et la situation ne s’est pas améliorée d’un iota », a-t-il déclaré dans une entrevue à la BBC.

Lakhdar Brahimi s’envolera maintenant le jeudi 10 janvier pour Genève où il s’entretiendra avec les diplomates russe Mikhaïl Bogdanov et américain William Burns sur les moyens de faire appliquer la déclaration de Genève, malgré le président syrien qui s’accroche au pouvoir et l’opposition qui n’accepte aucune solution qui laisserait Assad au pouvoir.

D’ici là, le  médiateur international a donc formulé clairement pour la première fois des réserves sérieuses sur le maintien au pouvoir de Bashar al Assad, affirmant que, pour les Syriens, le règne d’une famille pendant 40 ans était « un peu trop long »…

Lire l’article sur le Nouvel Observateur >>

L’entrevue de Lakhdar Brahimi à la BBC:

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.