4 700 morts dans des attaques de drones selon un sénateur américain

0
Les États-Unis ont mené des dizaines d’attaques de drones soupçonnées contre Al-Qaïda au Yémen, la branche la plus active du réseau selon Washington. (Photo: US Air Force)
Les États-Unis ont mené des dizaines d’attaques de drones soupçonnées contre Al-Qaïda au Yémen, la branche la plus active du réseau selon Washington. (Photo: US Air Force)

Lors d’une réunion publique dans son État, le sénateur de Caroline du Sud Lindsey Graham affirme que les attaques de drones de la CIA ont tué 4 700 personnes, un chiffre que n’a jamais confirmé le gouvernement.

Lors d’une interview à l’AFP, le porte-parole de Lindsey Graham a dit que le sénateur ne faisait que citer un chiffre calculé par une ONG, et qui est souvent cité dans les médias américains, précisant ainsi qu’il n’avait divulgué aucun chiffre officiel.

Depuis des années, le gouvernement américain refuse d’évoquer quoi que ce soit a propos du programme des attaques de drones. Le bilan des centaines d’attaques contre des membres présumés d’Al-Qaïda au Pakistan, au Yémen et en Somalie est un secret d’État toujours bien gardé.

Dans des propos rapportés par le journal local Easley Patch, le sénateur Graham a déclaré lors de la réunion publique que le programme de drones «a été très efficace», ajoutant aussi «Nous en avons tué 4 700 […] Parfois on frappe des personnes innocentes, ce que je déteste, mais nous sommes en guerre, et nous avons tué plusieurs hauts responsables d’Al-Qaïda».

Un chercheur spécialisé dans les drones du Council on Foreign Relations, a dit à l’AFP que c’était la première fois qu’un responsable américain donn(ait) un chiffre.

L’ONG New America Foundation, basée à Washington, estime à 350 le nombre de frappes par des drone qui ont lieu entre 2004 et 2012. Selon eux, le bilan se situerait entre 1 963 et 3 293 morts.

Pour le Bureau of Investigative Journalism britannique, le nombre de tués serait entre 3 072 et 4 756, au Pakistan, au Yémen et en Somalie.

En février, le président américain Barack Obama a reconnu pour la première fois que les Américains avaient besoin de plus de garanties que sa seule parole pour s’assurer de la légalité du programme. Des sénateurs ont demandé la création d’une cour secrète pour valider chaque frappe.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.