97 millions $ pour lutter contre le trafic de drogue en Amérique centrale

(Photo: Cpl. Daniel A. Negrete/US Marine Corps)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
(Photo: Cpl. Daniel A. Negrete/US Marine Corps)
(Photo: Cpl. Daniel A. Negrete/US Marine Corps)

Dans la guerre contre les trafiquants de drogue en Amérique centrale, les États-Unis ont investis près de 100 millions $ entre 2008 et 2011.

Un récent rapport du Government Accountability Office apporte un nouvel éclairage sur cette guerre qui fascine tant.

On apprend ainsi qu’entre 2008 et 2011, le Département d’État et l’Agence américaine pour le développement international ont versés plus de 75 millions $ aux fonds International Narcotics Control and Law Enforcement, Economic Support Fund et Non proliferation, Anti-terrorism, Demining, and Related Programs du Central American Regional Security Initiative. 22 autres millions ont été versés au Foreign Military Financing.

«Les agences ont utilisé les fonds pour soutenir les programmes de pays d’Amérique centrale qui renforcent l’application des lois et les capacités d’interdiction maritime, le renforcement des capacités et le soutien des programmes de formation, et de dissuader et détecter l’activité criminelle transfrontalière», est-il écrit dans le rapport.

La plus grande partie de cet argent de la lutte antidrogue est dépensé dans des équipements tels que les véhicules – comme les avions et les bateaux de patrouille – des lunettes à vision nocturne, des gilets pare-balles, des radios et des armes, et des appareils à rayons X pour scanner les conteneurs de fret.

Mais ce n’est pas tout. Le FBI a utilisé des fonds pour développer des «capacités d’empreintes digitales et biométrique» en Amérique centrale, selon un rapport de 2012 du Congressional Research Service

En plus de la biométrie, les États-Unis ont mis en place un système de traçage des armes à feu appelé eTrace , construit des installations pour les écoutes téléphoniques, et installé un système de surveillance de 85 caméras dans la ville de Guatemala.

À noter que le montant dépensé est loin, très loin de celui pour la guerre en Afghanistan (plus de 640 milliards $).