Cameroun: la vidéo des otages, des images «terriblement choquantes»

0
(Photo: YouTube)
(Photo: YouTube)

Une vidéo publiée sur Internet montrerait les sept otages français enlevés, mardi dernier, au Cameroun, aux côtés de ravisseurs armés, se revendiquant du groupe islamiste nigérian Boko Haram.

Dans cette vidéo de plus de trois minutes, on peut voir les trois adultes et quatre enfants de la famille Moulin-Fournier, enlevés le 19 février dernier, dans le nord du Cameroun. Au début de la vidéo, le père, Tanguy, lit une déclaration en français. Il demande, au nom des ravisseurs, la libération de plusieurs islamistes du Cameroun et du Nigéria, dont des femmes.

Si aucune indication n’est visible sur la date et le lieu du tournage, on peut voir la famille française entourée d’au moins trois de ses ravisseurs aux visages cachés, se revendiquant du groupe islamiste nigérian Boko Haram. L’un d’eux menace, en arabe, de tuer les otages français si les revendications du groupe ne sont pas satisfaites.

Les ravisseurs demandent la libération de leurs «frères» au Cameroun et de leurs «femmes» au Nigéria

Le père de famille français énonce ainsi que leurs ravisseurs réclament «la libération de leurs frères au Cameroun et ils veulent la libération de leurs femmes emprisonnées au Nigeria». «Si vous voulez qu’on libère ces Français, relâchez rapidement toutes nos femmes que vous détenez», déclare l’un des ravisseurs à l’intention du président nigérian, Goodluck Jonathan. «Nous mettons en garde aussi le président du Cameroun (Paul Biya, ndlr). Qu’il relâche rapidement nos frères détenus dans ses prisons !», ajoute-t-il.

Par ailleurs, ce même ravisseur met en garde François Hollande suite au déclenchement d’une «guerre contre l’Islam» menée par le président français dans la région sahélienne. «Nous avons lancé une guerre contre lui partout. Qu’il sache que nous nous sommes déployés partout pour venir en aide à nos frères encerclés», menace-t-il.

«Une cruauté sans limites»

En attendant, la France n’a pas tardé à réagir à cette vidéo de menaces et de revendications. Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a dénoncé des «images terriblement choquantes», démontrant «une cruauté sans limites».

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a, pour sa part, assuré que la France avait «désormais l’information que le groupe Boko Haram revendique la détention» et que la famille française était «probablement détenue au Nigeria».

Par ailleurs, une réunion s’est déroulée en fin d’après-midi au palais présidentiel de l’Elysée. Outre le Premier ministre, le président de la République française, François Hollande, a reçu le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ainsi que le chef d’état-major des armées, l’amiral Edouard Guillaud, et le secrétaire général de la Défense et de la Sécurité nationale, Francis Delon.

Détenue depuis le 19 février dernier, la famille française, dont les enfants sont âgés de 5 à 12 ans, réside à Yaoundé, la capitale du Cameroun, où M. Moulin Fournier travaille pour l’usine GDF-Suez. Seul son frère, Cyril Moulin-Fournier, vit à Barcelone, en Espagne. Tous se trouvaient en vacances dans le nord du Cameroun avant d’être enlevés et transportés dans le nord-est du Nigéria voisin. Ses ravisseurs auraient été localisés dans l’Etat de Borno par les forces de sécurité nigérianes.

À lire aussi:

Cameroun : les otages français auraient été localisés >>

Sept touristes français enlevés au Cameroun >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.