Chuck Hagel déclare sa réticence à engager l’Amérique dans de nouveaux conflits

0

Le nouveau secrétaire à la Défense Chuck Hagel a promis ce mercredi 27 févier, dans son premier discours en tant que secrétaire à la Défense des États-Unis, de toujours être franc avec les hommes et les femmes de la Défense américaine et a déclaré qu’il s’attendait à ce que tous soient francs avec lui en retour. Il n’a pas caché sa réticence à engager l’Amérique dans de nouveaux conflits et a mis l’accent sur la nécessité, pour l’Amérique, de forger des alliances fortes pour atteindre ses objectifs.

Avec l’arrivée de Chuck Hagel au Pentagone, la page est définitivement tournée sur l’interventionnisme et l’unilatéralisme de l’ère Bush, dont l’ex sénateur républicain avait été un des plus virulents critiques, s’attirant à l’époque les foudres de son propre parti, qui lui a d’ailleurs donner du fil à retordre lors du processus de confirmation de sa nomination au poste de secrétaire à la Défense. Les Républicains ont toutefois dû renoncer à bloquer la nomination du candidat du président Obama qui, après sa réélection de novembre dernier, est aujourd’hui au faîte de sa popularité.

À son premier jour à la tête du Pentagone, s’est adressé aux hommes et aux femmes du ministère américain de la Défense, mais aussi au monde entier dans un discours diffusé sur la chaîne du Pentagone, TPC Channel et dont on peut trouver la transcription exacte sur le site du Pentagone.

Le nouveau secrétaire américain à la Défense, à sa première journée au Pentagone, s’est adressé aux militaires et aux employés civils de la Défense (Vidéo: TPC Channel)

«Je ne vais jamais demander à quelqu’un de faire quelque chose que je ne ferais pas», a déclaré le nouveau secrétaire, ajoutant «Je ne vais jamais demander à personne de faire plus que je ne ferais.», exprimant ainsi clairement sa réticence à engager l’armée américaine dans des conflits.

C’est le sergent 1re classe John Wirth, un vétéran de l’Irak et de l’Afghanistan, natif du Nebraska comme Chuck Hagel, qui fut aussi sénateur de cet état de 1997 à 2009, qui a présenté le nouveau secrétaire avant son discours.. Il a dit de Hagel qu’il avait déjà occupé le poste le plus important de la Défense américaine…celui de fantassin!

En effet, en 1967-1968, Chuck Hagel fait son service militaire dans l’infanterie, atteignant le rang de sergent. Il a participe à la guerre du Vietnam où il a été blessé à deux reprises. Il est plusieurs fois décoré, notamment de la médaille Purple Heart.

Avec la guerre en Irak qui s’est terminée en décembre 2011, le retrait prochain des troupes américaines d’Afghanistan, et le retour aux pays de milliers de soldats, plusieurs observateurs de la scène politique américaine avaient souligné la pertinence d’avoir un ancien combattant à la tête du pentagone.

Le monde à un tournant décisif de son histoire

«C’est un moment difficile. C’est un moment de défi énorme, mais il ya des opportunités», a dit le nouveau secrétaire à la Défense. «Je pense qu’il est important que nous nous concentrions, bien sûr, sur nos emplois, nos responsabilités, qui sont immenses, mais sans perdre de vue les possibilités d’un monde meilleur.»

S’adressant aux militaires américains, Chuck Hagel a admis: «Nous avons fait des erreurs. Nous allons continuer à faire des erreurs. «Mais l’Amérique est une force pour le bien dans le monde», a-t-il ajouté.«Et nous devons toujours garder cela présent à l’esprit et c’est cela qui doit nous motiver tous les jours à aller de l’avant.»

Il n’avait déjà pas manqué de souligner ce matin, dès après son investiture comme 24e secrétaire à la Défense, que, si les États-Unis étaient une nation puissante, l’Amérique ne pourrait atteindre ses objectifs sans forger des alliances fortes avec d’autres pays.

Le nouveau secrétaire à la Défense a parlé dans son discours aux employés civils et militaires du Pentagone des défis de la défense, déclarant qu’il faudra à l’avenir composer avec les réalités budgétaires, les défis géopolitiques, le terrorisme et les cyber-menaces. Les besoins militaires pour faire face aux réalités budgétaires, les défis, les enjeux géopolitiques et les cyber-menaces de terrorisme.

«Nous avons devant nous un grand nombre de défis», at-il dit.« Ils vont définir une grande partie de ce que nous sommes, non seulement cette institution [le ministère américain de la Défense], mais notre pays, de quel genre de monde nos enfants vont hériter.»

Faire face à ces défis sera difficile, a dit le secrétaire, «Mais c’est aussi assez spécial», a-t-il ajouté. « Quand on y pense … combien de générations ont eu l’occasion de faire partie de quelque chose de grand, aussi difficile que cela soit … nous pouvons vraiment faire quelque chose de spécial pour notre pays.»

Le secrétaire a conclu, s’adressant aux militaires et employés du Pentagone en promettant qu’il fera tout ce qu’il peut « pour assurer la sécurité, [leur]bien-être, [leur]avenir et celui de [leurs]familles. »

«Maintenant, je dois aller travailler!», at-il finalement lancé en terminant son discours.

À lire aussi:

Chuck Hagel enfin confirmé au poste de secrétaire à la Défense des États-Unis >>

Graham et McCain renoncent à bloquer la nomination de Hagel >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.