Contrats préliminaires pour le nouveau brise-glace polaire et les navires de soutien

1

Le gouvernement Harper a annoncé la semaine dernière une série de contrats préliminaires évalués à 15,7 millions $ pour les navires de soutien interarmées, le brise-glace polaire NGCC John G. Diefenbaker et les navires hauturiers de recherche sur les pêches.

«Le gouvernement Harper a créé la stratégie nationale de construction navale afin de soutenir l’emploi et l’industrie au pays, tout en stimulant l’économie canadienne en construisant les navires ici même au Canada», a déclaré à l’occssion de cette annonce la ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Rona Ambrose.

Conclues dans le cadre de la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale (SNACN), ces ententes initiales permettront à Vancouver Shipyards Co. Ltd. d’aider à l’élaboration des options en lien avec la conception des navires de soutien interarmées, d’entamer un examen de la conception du brise-glace polaire et de parfaire les devis et la conception des navires hauturiers de recherche sur les pêches, en plus d’élaborer les plans de construction et de déterminer les exigences relatives aux matériaux, aux sous-traitants et à la main-d’œuvre.

« Notre gouvernement a pris la décision de construire les navires au Canada, tout en s’assurant que la Marine royale du Canada et la Garde côtière canadienne disposent de l’équipement dont elles ont besoin pour effectuer le travail que nous leur demandons de faire », a déclaré pour sa part le ministre de la Défense, Peter MacKay. «Notre gouvernement est déterminé à respecter son engagement visant à défendre le Canada, et ces nouveaux navires nous aideront à atteindre ces objectifs ».

Faisant partie du lot des navires non destinés au combat de la SNACN, les navires de soutien interarmées remplaceront les pétroliers ravitailleurs d’escadre de la Marine royale canadienne, dit le comuniqué acompagnant cette annonce, et les navires hauturiers de recherche sur les pêches remplaceront le NGCC Teleost, le Templeman/Needler et le Ricker.

Quant au NGCC John G. Diefenbaker, il est destiné à remplacer le NGCC Louis S. St-Laurent, le brise-glace lourd de la Garde côtière canadienne.

L’entrée en service du Diefenbaker est prévue en 2017, pour un coût de construction de 720 millions de dollars.

Ce brise-glace polaire, le premier du genre pour la Flotte, nous apprend le site de la garde côtière canadienne, mesurera environ 140 mètres de long et sera capable de mener des opérations de longue durée dans l’archipel arctique; il brisera la glace pour les navires commerciaux et fournira une plate-forme stable pour la recherche scientifique en Extrême Arctique. Ce nouveau navire sera en opération dans le nord pour des périodes prolongées (plus de neuf mois par année) et dans des conditions de glaces très difficiles. Il sera notamment capable de briser en continu des glaces épaisses de 2,5 mètres et transportera un équipage d’environ 60 femmes et hommes, avec des aménagements pour 50 personnes supplémentaires. Le brise-glace polaire sera multitâche, capable de transporter des cargaisons importantes et d’accueillir deux hélicoptères.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.