Darryl Watts évite la prison mais est rétrogradé de deux rangs

0
Le major Darryl Watts risquait une peine d'emprisonnement de dix ans (Photo: extrait CTV)
Le major Darryl Watts risquait une peine d’emprisonnement de dix ans (Photo: extrait CTV)

Le commandant Peter Lamont, le juge militaire qui a présidé au procès en cour martiale de Darryl Watts, a prononcé ce mercredi 20 janvier la sentence du réserviste de Calgary condamné pour un accident de formation en Afghanistan qui a coûté la vie à un soldat: le major Watts est rétrogradé de deux rangs au grade de lieutenant en plus de recevoir une réprimande sévère.

Le 12 février 2010, quatre soldats avaient été blessés et le caporal Joshua Baker était décédé, dans l’explosion d’une mine anti-personnelle claymore C19, dans un centre d’entraînement dont il était responsable, près de Kandahar.

Début décembre, à son procès en cour martiale, le major Darryl Watts avait été reconnu coupable de négligence dans l’exécution des tâches militaires et d’avoir infligé illégalement des lésions corporelles.

L’accusation voulait que le major Darryl Watts soit être rétrogradé ou congédié de l’armée mais aussi qu’il passe 18 mois en prison.

Selon la loi, la peine maximale pour avoir infligé illégalement des lésions corporelle est l’emprisonnement pour dix ans. Pour avoir été reconnu coupable de négligence dans l’exécution des tâches militaires, le major Watts risquait également le renvoi dans le déshonneur des Forces canadiennes.

VOIR NOTRE DOSSIER SUR LES PROCÈS WATTS, RAVENSDALE ET LUNNEY >>

Le procureur de l’accusation, le major Dylan Kerr avait affirmé lors des représentations présentencielles que Watts n’avait manifesté aucun remords et n’avait pas accepté la responsabilité pour son rôle dans l’accident qui a eu lieu dans le nord de la ville de Kandahar.

L’avocat de la défense, le major  Balfour Der avait suggéré pour sa part que son client ne soit que réprimandé.

Il avait fait valoir qu’une peine sévère pouvait détruire la vie de son client qui travaille comme l’un des responsables du Service des incendies de Calgary.

« La prison mettrait probablement un terme à sa carrière de pompier et à sa carrière comme officier de l’armée », avait déclaré le major Der.

Le supérieur du major Watts à Kandahar à l’époque de l’évènement, le major Christopher Lunney,  qui avait plaidé coupable en septembre dernier à des accusations de négligence dans l’exécution de son devoir, a été quant à lui rétrogradé au grade de capitaine et a reçu aussi un blâme sévère.

Dans cette même affaire, l’adjudant Ravensdale, qui a depuis pris sa retraite,  a été reconnu jeudi dernier non coupable de meurtre non prémédité en cour martiale, mais coupable de quatre autres accusations, la plus sérieuse étant l’infliction illégale de lésions corporelles. Il n’a pas encore reçu sa sentence.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.