Insurrection en Thaïlande: cinq soldats tués et cinq autres blessés

2
Des soldats thaïlandais s'entraînent (Photo: SSGT STAN PARKER, USAF)
Des soldats thaïlandais s’entraînent (Photo: SSGT STAN PARKER, USAF)

Cinq soldats et deux civils ont trouvé la mort pour la seule journée du 10 février dans le sud de la Thaïlande. Le gouvernement veut imposer un couvre-feu.

Dans la province de Yala, vers 7h, une bombe a explosé au passage d’un pick-up transportant six militaires. Les assaillants ont ensuite tiré sur le véhicule et pris les fusils de leurs victimes. Cinq soldats ont trouvé la mort, le sixième a été blessé. Deux fermiers ont également été pris pour cibles et touchés par balles.

Un autre incident sanglant a eu lieu à 14h dans la province de Narathiwat. Cette fois-ci, les séparatistes ont tiré sur des rangers, blessant quatre d’entre eux, selon le colonel de police, Jiradet Phrasawang.

Enfin à Pattani ce sont des civils qui ont été victimes de plusieurs embuscades. Deux hommes ont été tués, quatre autres personnes (dont trois enfants) blessées.

Depuis le début d’une insurrection islamique en 2004, plus de 5 000 personnes ont été tuées dans les trois provinces les plus au sud du pays.

Après cette série d’attaques, le premier ministre Yingluck Shinawatra a déclaré que le gouvernement songeait à instaurer des couvre-feux, en particulier dans les zones où les attaques sont fréquentes.

«Les autorités analysent les détails», a lancé M. Yingluck à la presse. «Nous ne voulons pas annoncer de couvre-feu dans les zones qui sont pacifiques, mais nous allons examiner au cas par cas les régions qui restent problématiques».

Dans le Bangkok Post, des chercheurs de l’université de Pattani doutent toutefois de son efficacité: «Imposer un couvre-feu n’est pas la solution pour lutter contre les violences et cela va surtout altérer la vie quotidienne des habitants».

Les enseignants et les responsables de la sécurité du pays sont des cibles privilégiés par les insurgés, qui les considèrent comme des représentants du gouvernement.

En juillet dernier, quatre militaires avaient été tués et deux autres blessés dans le Sud de la Thaïlande. La scène a été capturée par une caméra de surveillance routière.

Les soldats patrouillaient lorsqu’ils ont été attaqué par des rebelles séparatistes musulmans.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Discussion2 commentaires

  1. A partir du moment ou l’on s’en prend a des civils, toute « cause » devient indéfendable et on ne parle plus de guérilla mais de terrorisme.

    S’ils veulent leur indépendance, qu’on leur donnent avec tout ce que cela entraine …

    Put*** de fanatiques !

  2. Le gouvernement semble obstiné, dommage. L’indépendance non, mais une forme d’autonomie oui. Il existe exemples réussis d’autonomie.