Israël envisage d’instaurer une zone tampon en Syrie après la chute d’Assad

0
Israël songe à mettre en place une zone tampon à sa frontière avec la Syrie (Photo: APA)
Israël songe à mettre en place une zone tampon à sa frontière avec la Syrie (Photo: APA)

Au cas où le régime du président Bachar al-Assad s’effondrerait, Israël envisage de mettre en place une zone tampon en territoire syrien pour empêcher des groupes radicaux de s’approcher de sa frontière, a-t-on appris dimanche de sources proches des stratèges de l’armée israélienne.

«Le commandement militaire du nord a un plan pour le +jour d’après+, considérant que quand Bachar al-Assad ne sera plus président de Syrie, il y a une crainte de voir des éléments terroristes essayer de s’approcher de la barrière» marquant la frontière israélienne, ont expliqué ces sources à l’hebdomadaire britannique The Sunday Times.

«Ils souhaitent créer une sorte de zone tampon en territoire syrien, et le faire savoir à tout le monde. Pour empêcher que des terroristes s’approchent de la barrière sans que nous puissions l’empêcher, sans que nous puissions le voir», ont ajouté ces sources.

«C’est une zone tampon qui appartiendra à la Syrie, nous n’envahissons pas le territoire syrien», ont insisté ces sources, en expliquant que les plans étaient à leur stade initial et sans préciser sur quelle profondeur s’étendrait cette zone tampon.

Interrogé par l’AFP, un porte-parole militaire s’est refusé à tout commentaire, tout en rappelant que la nouvelle barrière de sécurité le long de la ligne de cessez-le-feu avec la Syrie sur le plateau du Golan était presque achevée.

Les membres de l’ONUST et de la FNUOD discutent au Camp Faouar, plateau du Golan (Photo: SSG Gernot Payer, ONUST)
Les membres de l’ONUST et de la FNUOD discutent au Camp Faouar, plateau du Golan (Photo: SSG Gernot Payer, ONUST)

Israël s’est emparé d’une partie du Golan lors de la guerre de juin 1967 avant de l’annexer en 1981. La démarche n’a cependant jamais été reconnue par la communauté internationale.

Au printemps 2011, Tsahal avait ouvert le feu sur des réfugiés palestiniens qui tentaient de franchir cette barrière, faisant une trentaine de morts selon l’ONU, qui compte 1 200 Casques bleus non-armés le long de la ligne de cessez-le-feu.

Le Canada a déployé cinq observateurs au Camp Faouar sur le plateau du Golan.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.