Karzaï veut virer les forces spéciales américaines de la province afghane du Wardak

0
Le président afghan Hamid Karzaï se prépare à passer les troupes en revue au Pentagone le 10 janvier (Photo: Erin A. Kirk-Cuomo, DoD)
Le président afghan Hamid Karzaï se prépare à passer les troupes en revue au Pentagone le 10 janvier (Photo: Erin A. Kirk-Cuomo, DoD)

Le président afghan Hamid Karzaï exige le retrait des forces spéciales américaines de la province du Wardak, les accusant d’avoir créé des groupes armés illégaux afghans qui torturent d’autres Afghans, rapporte l’Associated Press, citant la présidence afghane.

Le Wardak, province située à la frontière sud-ouest de Kaboul, est particulièrement instable et les forces de sécurité afghanes ne parviennent pas y imposer leur loi.

« Le président Karzaï a ordonné au ministre de la Défense de faire partir les forces spéciales américaines de la province du Wardak dans les deux semaines à venir », a déclaré le porte-parole de la présidence Aimal Faizi, ajoutant « Les forces spéciales américaines et des groupes armés illégaux qu’elles ont créés génèrent de l’insécurité, de l’instabilité, et harcèlent les habitants » dans cette province, a-t-il poursuivi.

Ces groupes « torturent et tuent des gens », a affirmé un communiqué de la présidence.

Pour sa part, l’AFP rapporte qu’un porte-parole des forces am.ricaines lui a déclaré dans un très bref communiqué « Nous prenons ces allégations de mauvaise conduite au sérieux. Nous nous employons assidûment à déterminer les faits y étant liés », avant de conclure: « Nous ne ferons pas de commentaire jusqu’à ce que nous puissions parler de cette question avec des représentants de haut niveau du gouvernement afghan. »

Le président Karzaï s’est souvent plaint des bombardements américains en territoire qui font des victimes civiles et les relations entre Kaboul et Washington sont tendus à moins de deux années du retrait du pays des des troupes de l’Otan menés par les États-Unis.

Quant à la présence des insurgés talibans dans la province du Wardak, voisine de Kaboul, elle rend difficile le transport par la route en direction de Kandahar et des provinces du sud.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.