La Commission de la Défense du Sénat approuve la nomination de Hagel

0
Le président Barack Obama le 7 janvier annonce les nominations de Chuck Hagel, deuxième à gauche, au poste de secrétaire à la Défense et de John Brennan, à l'extrême droite, à la direction de la CIA. On voit aussi, sur la photo, le secrétaire à la Défense Leon E. Panetta, à l'extrême gauche, regarde à la Maison Blanche(Photo: maître de 1re classe Tchad J. McNeeley, US Navy).
Le président Barack Obama le 7 janvier annonce les nominations de Chuck Hagel, deuxième à gauche, au poste de secrétaire à la Défense et de John Brennan, à l’extrême droite, à la direction de la CIA. On voit aussi, sur la photo, le secrétaire à la Défense Leon E. Panetta, à l’extrême gauche, regarde à la Maison Blanche(Photo: maître de 1re classe Tchad J. McNeeley, US Navy).

La Commission de la Défense du Sénat américain a approuvé ce mardi 12 février la nomination de Chuck Hagel à la tête du ministère américain de la Défense, après des semaines de controverses et malgré l’opposition de plusieurs républicains.

Les sénateurs ont voté à 14 voix contre 11 en faveur de Chuck Hagel, qui avait été choisi le 7 janvier par le président Obama pour succéder à Leon Panetta à la tête du Pentagone.

La bataille se déplace maintenant devant l’ensemble du Sénat, selon le chef de la majorité démocrate, Harry Reid, devrait confirmer sa nomination cette semaine. Le vote de l’ensemble du Sénat pourrait avoir lieu jeudi 12 février.

Il faudra probablement une super-majorité, soit une majorité de 60 sénateurs sur 100, pour venir à bout d’un filibuster (obstruction systématique) des républicains.

Le sénateur républicain de Caroline du Sud, Lindsay Graham, veut même bloquer la confirmation tant et aussi longtemps que la Maison-Blanche n’aura pas donné davantage de détails sur la gestion par Barack Obama de l’attaque du 11 septembre dernier contre la mission diplomatique américain à Benghazi, au cours de laquelle avait été tués quatre américains, dont l’ambassadeur Stevens.

Les démocrates disposent dans cette assemblée de 55 sièges. Il faudra ajouter le vote de 5 sénateurs républicains à celui des 55 sénateurs démocrates pour atteindre cette super-majorité de 60 voix et venir ainsi à bout de l’opposition des républicains.

La prestation de Chuck Hagel lors de son audition devant la Commission de la Défense du Sénat, le 31 janvier, avait été jugée faible et maladroite par plusieurs observateurs, hommes politiques et journalistes. Le candidat du président Obama au poste de secrétaire à la Défense avait tenté de repousser les accusations de manque de solidarité à l’égard d’Israël et de naïveté envers l’Iran et avait dû s’excuser pour certaines de ses déclarations passées.

Lundi 11 février, lors d’un point de presse, la Maison-Blanche avait par la voix de son porte-parole, Jay Carney, avait estimé que tout retard dans la confirmation de Chuck Hagel porterait préjudice aux intérêts de sécurité nationale américains, précisant, en se référant à la menace de filibuster du sénateur Graham: « Ce qui est dommage ici, c’est la tentative de continuer de politiser une question [Benghazi]- dans ce cas, par le biais candidats qui eux-mêmes n’ont rien rien à voir avec Benghazi – et de le faire d’une manière qui ne fait que nuire à nos intérêts de sécurité nationale. »


Le président de la Commission de la Défense du Sénat, Carl Levin (source: Senate Armed services Committe)

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.