La Corée du Nord vers de nouveaux essais nucléaires en 2013?

0
Le site de lancement de la fusée UNHA, en Corée du Nord (Photo: agence DPRK-KCNA)
Le site de lancement de la fusée UNHA, en Corée du Nord (Photo: agence DPRK-KCNA)

L’inquiétude plane autour de la Corée du Nord. Après avoir effectué son troisième essai nucléaire, mardi dernier, Pyongyang pourrait intensifier ses tests au cours même de l’année 2013.

Un nouveau séisme en prévision ? Mardi dernier, un tremblement de terre de magnitude 5,1 sur l’échelle de Richter a été ressenti du côté de la Corée du Nord. Et, à en croire les informations révélées par une source proche du dossier, cela pourrait bien de nouveau avoir lieu dans les prochains mois.

Citée par Reuters, cette source proche de Pyongyang et Pékin assure notamment que la Corée du Nord aurait prévenu la Chine de ses intentions d’effectuer de nouveaux tests nucléaires sous peu. Des tests qui pourraient s’accompagner d’un lancement de fusée, comme cela avait été le cas en décembre dernier.

Une activité à laquelle s’opposerait Pékin, pourtant allié historique de Pyongyang. Cette source proche du pouvoir assure ainsi que la Chine continuerait de soutenir les sanctions des Nations unies à l’encontre de ces essais nucléaires.

Un prochain essai deux fois moins important qu’Hiroshima ?

Des images satellites du site de Sohae annonçaient  une prochaine reprise de tirs d'essais nord-coréen (Photo: © 2012 DigitalGlobe, Inc.)
Des images satellites du site de Sohae annonçaient une prochaine reprise de tirs d’essais nord-coréen (Photo: © 2012 DigitalGlobe, Inc.)

Un quatrième et un cinquième essai nucléaire seraient ainsi en prévision. Plusieurs images satellite, publiées ce vendredi par le site spécialisé 38North, montrent que l’activité se poursuit sur un site de fusée nord-coréenne.

Après 2006 et 2009, la mise en place d’un troisième essai, ce mardi, intensifie la politique de renforcement nucléaire prônée par le régime nord-coréen. Cette puissance pourrait même être illustrée lors du prochain test puisqu’on parle d’une explosion estimée à dix kilotonnes, soit la moitié de ce qui a été utilisé pour Hiroshima en 1945.

Pyongyang réitère alors sa volonté d’infléchir la position diplomatique des Etats-Unis, considérant la politique américaine comme destinée à vouloir changer le régime nord-coréen en place.

S’il reste en conflit avec ses homologues américains et sud-coréen, ce régime totalitaire, mené par Kim Jong-un, souhaiterait l’établissement d’un accord de paix définitif avec Washington pour établir des relations diplomatiques entre les deux pays, comme le confie cette source.

«Une stratégie d’extorsion», Pascal Boniface

De son côté, Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), note la volonté nord-coréenne de se faire remarquer par les Etats-Unis en vue de négocier.

«Au moment où Barack Obama entame un deuxième mandat, les nord-coréens veulent montrer qu’ils sont là, qu’il faut s’occuper d’eux. Ils font un peu monter les enchères pour ensuite faire un geste de conciliation en espérant obtenir une aide. C’est ce qu’on appelle une stratégie d’extorsion», a-t-il assuré, ce mardi, dans un entretien sur les antennes de Radio-Canada.

Pour autant, il ne voit pas de bouleversement mondial possible dans cette activité nucléaire. «La Corée du Nord sait très bien que si elle utilise cette arme nucléaire, elle serait elle-même rayée de la carte. Contrairement à ce que dit la propagande nord-coréenne, ce n’est pas la sécurité du pays que l’on veut protéger, c’est la sécurité du régime», détaille Pascal Boniface.

Une sorte d’équilibre fragile dans le but de maintenir ce système totalitaire à la tête du pays. La répétition de ces essais nucléaires comme tentatives de dissuasion en vue de négociations est là pour le prouver.

A lire aussi:

Séisme de 4,9 en Corée du Nord, un nouvel essai nucléaire >>

Panetta: «la Corée du Nord menace le territoire américain lui-même» >>

Corée du Nord : l’ONU sanctionnera, la Corée du Sud et les Etats-Unis agissent >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.