L’ambassade syrienne au Qatar passe aux mains de l’opposition syrienne

1
Le bilan du conflit syrien est mainteant de 70 000, selon le Haut-Commissariat de l'ONU aux Droits de l'Homme  (Photo: SANA)
Le bilan du conflit syrien est maintenant de 70 000, selon le Haut-Commissariat de l’ONU aux Droits de l’Homme (Photo: SANA)

Le Qatar a été parmi les premiers États à reconnaître la Coalition comme le représentant officiel du peuple syrien.

Selon la Coalition, le drapeau opposition flottera donc bientôt au-dessus de l’ambassade à Doha, et le nouvel ambassadeur de la Coalition et deux de ses collaborateurs se verront accorder le statut diplomatique.

Le drapeau de la Coalition syrienne flottera sur l'ambassade syrienne à Doha, au Quater (Photo: Al-Arabiya)
Le drapeau de la Coalition syrienne flottera sur l’ambassade syrienne à Doha, au Quater (Photo: Al-Arabiya)

La Coalition avait déjà désigné auparavant des ambassadeurs pour la représenter dans d’autres états qui l’ont reconnue comme représentante légitime du peuple syrien, notamment le Royaume-Uni et la France, mais le Qatar est le premier état à lui remettre …les clés d’une ambassade.

Pendant ce temps, au Royaume-Uni, l’ancien porte-parole du ministère des Affaires étrangères syrien a déclaré à la BBC qu’il a abandonné le régime parce que ses espoirs de réforme ont été déçus.

Jihad Makdissi, qui était disparue de Damas au début du mois de décembre, a déclaré à BBC Arabic, qu’il a quitté la Syrie pour  soutenir ce qu’il a appelé «le changement pacifique qui est basée sur le dialogue et le partenariat national, loin de la haine, l’extrémisme et l’intervention militaire étrangère ».

En tant que porte-parole des Affaires étrangères, M. Makdissi était l’un des visages les plus connu du régime.

De son côté, la commissaire de l’ONU aux Droits de l’Homme, Navi Pillay a déclaré que le nombre de morts en Syrie a atteint maintenant près de 70.000 depuis le début du soulèvement en mars 2011, 10 000 de plus que la dernière estimation de 60 000, au début de cette année

S’exprimant lors d’un débat du Conseil de sécurité des Nations unies à New York mardi 12 février, Mme Pillay a appelé le Conseil de déférer la situation en Syrie à la Cour pénale internationale. « L’absence de consensus sur la Syrie et l’inaction qui en résulte a été désastreux et les civils de tous bords en ont payé le prix», at-elle dit, ajoutant « Nous serons jugés sur la tragédie qui se déroule sous nos yeux. »

Par ailleurs, ce mercredi 13 février, la Russie a confirmé qu’elle continuait de de fournir des armes au gouvernement de la Syrie. Toutefois, Anatoly Isaikin, le chef de l’agence russe d’exportation d’armes, Rosoboronexport, a déclaré que la Russie ne fournissait pas d’armes tactiques comme des avions ou des hélicoptères.

M. Isaikin a dit que les livraisons d’armes se poursuivront « en l’absence de sanctions ». Le « hic », c’et qu’il n’y a pas de sanctions parce que, justement, la Russie, avec la Chine, qui ont tous deux droit de veto au Conseil de sécurité, se sont opposés à l’imposition de sanctions contre le régime de Bachar al-Assad.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire

  1. Une ambassade bidon pour un groupe terroriste qui a détruit la Syrie
    Merci le Qatar! On voit plus clairement…