Le Hezbollah accusé d’être responsable de l’attentat anti-israélien en Bulgarie

0
Le ministre de l'Interieur bulgare, Tsvetan Tsvetanov, à Sofia, le 5 février 2013 (Photo: Dimitar Dilkoff)
Le ministre de l’Intérieur bulgare, Tsvetan Tsvetanov, à Sofia, le 5 février 2013 (Photo: Dimitar Dilkoff)

Le Hezbollah libanais est responsable de l’attentat de Bourgas, en Bulgarie, où six personnes, dont cinq israéliens, ont trouvé la mort, le 18 juillet dernier. C’est en tout cas ce qu’a affirmé le ministre de l’Intérieur bulgare, Tsvetan Tsvetanov, ce mardi à Sofia. Les Etats-Unis et Israël sont d’ores et déjà montés au créneau.

Devant une assemblée de journalistes, Tsvetan Tsvetanov détaille son propos. «Il y a des informations concernant des financements et une appartenance au Hezbollah de deux personnes, dont l’auteur de l’attentat», a-t-il affirmé.

Il a ensuite ajouté que ces personnes «possédaient des passeports de l’Australie et du Canada» et qu’elles «vivaient sur le territoire libanais depuis 2006 et 2010».

Issues d’une enquête menée par les autorités bulgares, ces nouvelles révélations sur les auteurs présumés de l’attentat de Bourgas pointent sévèrement du doigt l’organisation chiite libanaise.

«Nous pouvons en tirer la conclusion légitime que les deux personnes, dont les identités ont été établies, font partie de l’aile militaire du Hezbollah», conclue ainsi le ministre de l’Intérieur bulgare.

Israël et les Etats-Unis appellent l’Union Européenne à prendre des sanctions

Jusqu’alors très prudente, la diplomatie bulgare se dit désormais convaincu de l’implication du parti chiite libanais dans cet attentat. Le ministre bulgare des Affaires étrangères a ainsi déclaré que «la Bulgarie présentera les résultats de l’enquête à ses partenaires européens et discutera avec eux des mesures à prendre pour prévenir des attaques terroristes semblables à l’avenir».

Alors qu’une reconstitution de l’attentat serait prévue pour le printemps prochain, ces nouvelles informations viennent alimenter un peu plus la position d’Israël, qui avait assuré dès le premier jour que cet attentat avait été commandité par l’Iran et perpétré par le Hezbollah. Des accusations que Téhéran n’a cessé de nier.

Le Premier ministre hébreu, Benjamin Netanyahu, a ainsi affirmé son point de vue, appelant l’Union Européenne à «tirer les conclusions quant à la vraie nature du Hezbollah».

Une vision partagée par les Etats-Unis, pour qui le parti chiite libanais est placé sur la liste des organisations terroristes.

Le conseiller spécial du président Obama pour la lutte antiterroriste, John Brennan, s’est également tourner vers les pays européens pour qu’ils prennent «des mesures préventives» à l’encontre du Hezbollah, afin de déceler ses moyens opérationnels, matériels et financiers.

«Le peuple libanais refuse de devenir l’otage du Hezbollah» 

Le parti chiite n’a effectué aucun commentaire sur la question. En revanche, l’Alliance du 14 mars, membre de l’opposition libanaise, s’inquiète d’une telle implication pour le rayonnement du pays.

«Le peuple libanais refuse de devenir l’otage du Hezbollah et que ses intérêts soient compromis. […] Qualifier le Hezbollah d’organisation terroriste portera atteinte à l’image du Liban et aura des retombées financières, économiques, sécuritaires et politiques sur le pays», peut-on lire dans le communiqué.

De son côté, le Premier ministre libanais, Nagib Mikati, a assuré que les autorités libanaises allaient «coopérer» avec leurs homologues bulgares «pour élucider» l’attentat du 18 juillet dernier.

«Une confirmation de l’abjection du Hezbollah»

Par ailleurs, Ottawa a d’ores et déjà réagi à la présence d’un canadien parmi les auteurs présumés de l’attentat. «Le Canada prend très au sérieux l’implication présumée d’une personne ayant la double nationalité et habitant au Liban, et nous collaborons avec les autorités bulgares à cet égard», a ainsi déclaré le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, dans un communiqué.

Si «le Canada salue les efforts déployés par la Bulgarie», le chef de la diplomatie canadienne assure qu’«il n’est hélas pas étonnant que la Bulgarie ait trouvé une preuve convaincante de l’implication du Hezbollah dans ce carnage. Il s’agit encore une fois d’une confirmation de l’abjection du Hezbollah».

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.