Le Laboratoire déployable d’analyse technique de l’Armée canadienne (PHOTOS)

1

Le Laboratoire déployable d’analyse technique de l’Armée canadienne fait l’objet cette semaine d’un article sur le site de l’Armée canadienne.

Les Forces canadiennes possèdent en effet un laboratoire déployable d’analyse technique (LDAT) qui semble tout droit sorti d’un film de science-fiction.Ce laboratoire très avancé, qui comprend tout l’équipement requis, constitue l’un des deux laboratoires qui peuvent être déployés partout dans le monde, nous apprend l’article publié sur le site de l’Armée canadienne.

Ces laboratoires ont la capacité de pouvoir être opérationnels en 24 heures.«Les techniciens y appliquent les principes scientifiques dans un environnement tactique», déclare à ce sujet l’officier responsable du laboratoire, le lieutenant de marine K.P. McNamara.

Les techniciens du laboratoire analysent dans ce laboratoire différents articles, notamment des téléphones cellulaires et des stupéfiants, mais également des engins explosifs improvisés. Cette analyse peut révéler des renseignements biométriques, comme l’imagerie faciale et rétinienne et l’imagerie d’empreintes digitales, et l’équipe peut appliquer alors ces renseignements dans des bases de données et des dossiers autorisés.

Les deux LDAT du Canada sont considérés par les alliés de l’OTAN comme la «norme de référence» en exploitation technique.

Ces laboratoires peuvent entrer dans onze conteneurs de 20 pieds et peuvent être expédiés par voie routière, ferroviaire, maritime ou aérienne. Leur taille peut être modifiée au besoin. Bien que les laboratoires et les équipes ne servent actuellement qu’à l’Armée de terre, ils viendront éventuellement appuyer l’ensemble des Forces armées canadiennes et d’autres organismes canadiens et internationaux, précise-t-on sur le site de l’Armée canadienne.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire