Le réseau de communication de l’Armée fait l’objet d’une sérieuse mise à niveau

0
Un convoi composé de soldats canadiens (véhicules de gauche), afghans, américains et britanniques se dirige, en 2007, vers le nord de la province de Kandahar, en Afghanistan afin d'y effectuer une opération conjointe (Photo: caporal Simon Duchesne, photographe QG Afg ROTO 4)
Un convoi composé de soldats canadiens (véhicules de gauche), afghans, américains et britanniques se dirige, en 2007, vers le nord de la province de Kandahar, en Afghanistan afin d’y effectuer une opération conjointe (Photo: caporal Simon Duchesne, photographe QG Afg ROTO 4)

Le réseau de communication de l’Armée, appelé Système d’aide au commandement terrestre (SACT), qui permet aux équipages de l’Armée de communiquer entre eux dans les véhicules, fera l’objet d’une importante série de mises à niveau.

Le SACT est permet aux commandants, aux militaires et aux véhicules de l’Armée d’assurer la coordination des opérations en leur offrant des communications stables et constantes sur le terrain et dans les quartiers généraux.

« Le parc de véhicules tactiques de la Force terrestre prend de l’expansion, tant en nombre qu’en types de véhicules. L’incapacité à acquérir ou à produire d’autres pièces d’équipement compatibles avec le Système tactique de commandement, de contrôle et de communication – Système intégré de liaisons radio (STCCC-IRIS) pour appuyer son développement signifie qu’il faut acquérir du nouvel équipement de communication en réseau afin d’équiper les nouveaux véhicules au fur et à mesure qu’ils seront mis en service », explique le Commandement des opérations interarmées sur son site (COIC).

Les commandants embarqués, les commandants d’équipage et les spécialistes disposent pour l’instant d’une connectivité limitée entre les véhicules déployés et le quartier général statique ou le poste de commandement, les capteurs et les services du renseignement, précise le COIC.

Le Projet de prolongation de vie du Système d’aide au commandement terrestre (PV SACT) améliorera donc l’échange d’information entre des plateformes de combat précises des véhicules des Forces canadiennes (FC), en mettant en œuvre deux capacités distinctes, conclut le COIC.

Le projet de prolongation de la durée de vie du SACT permettra ainsi d’appuyer les fonctions de renseignements et de surveillance ainsi que l’échange sécurisé d’informations vitales sur tout le théâtre des opérations.

Le système facilitera aussi l’interopérabilité avec les forces militaires interarmées et multinationales, assurant ainsi une meilleure coordination avec les alliés et les partenaires faisant partie des coalitions multinationales.

Voici l’échéancier du projet, à compter de février 2013:

  • Diffusion de l’appel de propositions – Février 2013
  • Conférence des soumissionnaires – Pour être déterminée
  • Clôture de l’appel de propositions – Avril 2013
  • Attribution du marché – Mai 2013
  • Livraison initiale – Novembre 2013

L’échéancier, à partir de maintenant, prévoit que la nouvelle capacité du SACT sera opérationnelle à l’automne 2013.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.