Obama va rapatrier d’ici fin 2013 la moitié du contingent américain en Afghanistan

0
Lors de son discours, Barack Obama a annoncé le retrait de 34 000 soldats d'Afghanistan d'ici la fin 2013 (Photo: White House)
Lors de son discours, Barack Obama a annoncé le retrait de 34 000 soldats d’Afghanistan d’ici la fin 2013 (Photo: White House)

Le président a déclaré le 12 février dans son discours sur l’État de l’Union que l’Amérique va compléter sa mission en Afghanistan et vaincre Al-Qaïda, mais qu’à compter de maintenant, les militaires américains joueront plutôt un rôle de soutien.

Le discours a surtout porté sur les questions de politique intérieure, notamment sur la croissance économique alors que la croissance américaine reste encore anémique, que le chômage est remonté à 7,9% en janvier, trois points de plus qu’il y a cinq ans, et que Barack Obama s’est engagé lors de la dernière campagne électorale à voler au secours de la classe moyenne.

Dans le cadre d’un ensemble d’initiatives visant à stimuler la croissance de l’emploi, Obama a annoncé qu’il chercherait à conclure un accord commercial avec l’Europe et commencerait les négociations à ce sujet dès cet été.

À propos de la lutte au changement climatique, Obama a invité le Congrès à réglementer les émissions de carbone, prévenant que, si le Congrès n’agit pas, la maison Blanche prendra elle-même des mesures pour réduire les émissions de carbone.

Le président Obama aussi défendu un contrôle renforcé des armes à feu dans la foulée du massacre d’écoliers à Newtown (Connecticut) en décembre ainsi que la réforme maintes fois reportée du système d’immigration, également présentée comme un impératif économique.


Le discours sur l’État de l’Union 2013 (source: Maison Blanche)

Les questions de défense et sécurité n’occupent pas la première place

En matière de la politique étrangères et de défense et sécurité, le président s’est fixé des objectifs relativement modestes mais précis  pour son second mandat à la Maison Blanche.

Outre l’annonce de la réduction des effectifs en Afghanistan, Barack Obama a parlé de l’émergence de nouveaux groupes liés à Al-Qaïda dans la péninsule arabique et en Afrique, de la nécessité d’un cadre juridique à la lutte au terrorisme et des cyber menaces auxquelles devra faire face l’Amérique. Il a aussi mis en garde la Corée du Nord et l’Iran et, pour terminer, s’est engagé à maintenir la puissance militaire américaine malgré les difficultés économiques.

Les nouvelles menaces terroristes

Barack Obama rapatriera donc 34 000 des 66 000 soldats dans un premier temps, puis, annonce-t-il,  » avant la fin de l’année prochaine, notre guerre en Afghanistan sera terminée ».

Toutefois, nuance-t-il, notre engagement se poursuivra, mais différemment. Les États-Unis continueront d’entraîner et d’équiper les forces afghanes et continueront à mener des opérations anti-terroristes.

Le président a enchaîné en soulignant l’émergence de groupes teroristes liés à Al-Qaïda dans la péninsule arabe et l’Afrique mais a précisé que ce n’est pas par l’envoi de troupes mais plutôt par la coopération avec les gouvernements locaux.

Il a affirmé avec force que l’Amérique continuera à agir avec détermination contre les terroristes qui la menacent.

« Aujourd’hui, a dit le président, l’organisation qui nous a attaqués le 11 septembre est l’ombre d’elle même. Mais divers groupes extrémistes afiliés à Al-Qaïda ont émergé – de la péninsule arabique à l’Afrique. La menace que ces groupes posent évolue. Mais pour répondre à cette menace, nous n’avons pas besoin d’envoyer des dizaines de milliers de nos fils et nos filles à l’étranger, ou d’occuper d’autres pays. Au lieu de cela, nous devons aider des pays comme le Yémen, la Libye, la Somalie à assurer leur propre sécurité, et aider nos alliés qui luttent contre les teroristes aux terroristes, comme c’est le cas au au Mali. Et, le cas échéant, par le biais d’une gamme de compétences, nous allons continuer à agir directement contre ces terroristes qui posent la plus grande menace pour les Américains. »

Le cadre juridique de la lutte au terrorisme

Il a aussi, dans son discours, admis la nécessité d’un cadre juridique à cete action et de s’asurer que la lutte au terorisme se fasse en conformité avec la loi, s’engageant du même souffle à informer et à consulter le Congrès.

Tout au long, [du processus], nous avons gardé le Congrès pleinement informé de nos efforts. Je reconnais que dans notre démocratie personne ne devrait avoir à me croire sur parole quand je que nous faisons les choses de la bonne façon. Ainsi, dans les mois à venir, je vais continuer de travailler avec le Congrès pour assurer non seulement que notre ciblage, la détention et la poursuite des terroristes restent conformes à nos lois et respecte notre système de poids et de contrepoids, [check and balkance]mais aussi que nos efforts sont encore plus transparents pour le peuple américain et pour le monde entier. »

L’Amérique continuera à défendre les libertés

Le président américain a aussi affirmé le rôle de défenseur de la liberté de l’Amérique et du message qu’il veut livrer lors de son voyage le mois prochain au Moyen-Orient.

 » […] nous resterons le point d’ancrage d’alliances solides, des Amériques à l’Afrique, de Europe à l’Asie. Au Moyen-Orient, nous nous tiendrons aux côtés des citoyens car ils exigent le respect de leurs droits universels, et soutiendrons la transition vers une démocratie stable. »

 » Nous ne pouvons pas prétendre dicter le cours de changement dans les pays comme l’Egypte, mais nous pouvons – et nous le ferons – insister sur le respect des droits fondamentaux de tous les peuples. Nous allons maintenir la pression sur le régime syrien qui a assassiné son propre peuple et soutiendrons les dirigeants de l’opposition qui respectent les droits de tous ls syriens. Et nous allons rester fermes avec Israël dans la recherche de la sécurité et d’une paix durable. Ce sont les messages que je vais livrer lors de mon voyage au Moyen-Orient le mois prochain.

Le président a aussi invité la Corée du Nord et l’Iran à respecter leurs obligations, à défaut de quoi ces deux pays s’isoleront davantage, et, sur la question des armes nucléaires, s’est engagé ce que l’Amérique donne l’exemple en poursuivant avec la Russie l’objectif de réduire l’arsenal nucléaire russe et américain.


Le président restera ferme face à la Corée du Nord (source: ABC)

Les Cyber menaces

En matière de sécurité, le président Obama a annoncé qu’il venait de signer un décret favorisant le partage d’information en vue de renforcer la cyber-sécurité.

« L’Amérique doit également faire face à la menace grandissante de cyber-attaques. Nous savons que les pirates peuvent voler l’identité des personnes et infiltrer les e-mail privés. Nous savons que les pays et des sociétés étrangères peuvent s’emparer de nos secrets. Maintenant, nos ennemis cherchent également comment saboter notre réseau électrique, nos institutions financières et nos systèmes de contrôle du trafic aérien. »

« C’est pourquoi, a annoncé le président, « plus tôt aujourd’hui, j’ai signé un nouveau décret qui permettra de renforcer nos défenses cybernétiques en augmentant le partage d’informations et l’élaboration de normes pour protéger notre sécurité nationale, nos emplois et notre vie privée. Maintenant, le Congrès doit agir aussi, en adoptant une loi pour donner à notre gouvernement une plus grande capacité à sécuriser nos réseaux et décourager les attaques. ».

La puissance militaire américaine sera maintenue

Finalement, le président s’est engagé à maintenir, même en cette période de difficulté économique, la puissance militaire américaine: « Tout ce travail, a dit Barack Obama, repose sur le courage et le sacrifice de ceux qui servent dans des endroits dangereux à grand risque personnel – nos diplomates, nos agents de renseignement, et les hommes et les femmes des Forces armées des États-Unis. Tant que je suis le commandant en chef, nous ferons tout en notre pouvoir pour protéger ceux qui servent leur pays à l’étranger, et nous allons maintenir la meilleure armée du monde. Nous allons investir dans de nouvelles capacités, même si nous réduisons le gaspillage et les dépenses de guerre. »

On peut, bien sûr, trouver la version intégrale du Discours sur l’État de l’Union 2013 sur le site de la Maison Blanche.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.