Recrutement stable dans les Forces canadiennes malgré les compressions

1

Peut-être avez-vous vu récemment des affiches de recrutement dans la rue, les journaux ou sur une rame de métro. Chaque année, les Forces canadiennes embauchent plusieurs milliers de Canadiens et Canadiennes. 45eNord.ca fait un point sur le recrutement.

Membres de la Force régulière ou de la Force de réserve, les militaires des Forces canadiennes sont de plus en plus nombreux à chaque année.

Au début des années 1990, la Force régulière comptait environ 87 000 militaires. Le Livre blanc sur la défense de 1994, visait à réduire l’effectif pour atteindre 60 000 militaires en 1999.

En 2006, le gouvernement fédéral, avec son nouveau premier ministre Stephen Harper, a engagé des fonds pour aider les Forces à accroître la taille de l’effectif de la Force régulière à 68 000 militaires, et celui de la Première réserve à 26 000.

En 2008, la Stratégie de défense Le Canada d’abord fixe l’objectif de maintenir la taille de l’effectif des Forces à 100 000 (70 000 militaires de la Force régulière et 30 000 réservistes de la Première réserve).

Pour l’année en cours [2012-2013], le major Richard Langlois, responsable des communications au Groupe de recrutement des Forces canadiennes, a précisé à 45eNord.ca que l’objectif de recrutement est de 3 588. En date du 22 février, 3 185 personnes avaient d’ores et déjà intégré les Forces canadiennes.

Sauf grosse surprise, «pour la prochaine année budgétaire [2013-2014], nos objectifs de recrutement devraient être similaires, soit près de 3 500», a dit le major Langlois.

La campagne publicitaire en cours fait ainsi partie de la campagne de recrutement des métiers prioritaires de la Défense nationale. Cette campagne publicitaire a lieu du 31 décembre 2012 jusqu’au 31 mars 2013.

Toutefois, le major Langlois nous a indiqué que pour ce qui est de la publicité, le budget a «diminué de 73% au cours des deux dernières années financières», précisant également que comme ces activités doivent continuer, «les méthodes employées ont simplement été modifiées pour atteindre les objectifs de recrutement tout en étant plus rentables et selon les limites du budget présent».

Sur la Bible ou non, les nouvelles recrues jurent allégeance à la Reine Elizabeth II (Photo: Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Du recrutement, mais des départs

Si le recrutement est stable dans les Forces canadiennes, il en va de même pour les départs, ce que l’on appelle l’attrition.

Dans des documents que 45eNord.ca a pu avoir accès, il est indiqué que pour l’année en cours, ce sont 3 954 membres de la Force régulière qui ont quitté pour différentes raisons. Sachant qu’ils sont actuellement de près de 68 000, le taux d’attrition est donc de 5,8% (6,3% en 2011-2012, 6,7% en 2010-2011, 7,6% en 2009-2010 et 9% en 2008-2009).

Lors de son audition par le comité de la Défense du Sénat en octobre 2010, le lieutenant-colonel (à la retraite) John Selkirk, indiquait que «les politiques actuelles du ministère de la Défense nationale auront pour effet de réduire la milice [la réserve de la force terrestre]cette année». Comme il l’a dit au comité, cela tient aux quotas de recrutement.

«J’ai mené un sondage auprès de mes collègues et à ma connaissance, aucune unité au Canada ne dispose d’un quota de recrutement suffisant pour lui permettre d’accroître ses effectifs cette année [2010]». Avec un quota de recrutement aussi bas, et du fait que pour les réservistes à temps partiel, on constate «un taux d’attrition et un taux de roulement constants», les unités perdront des effectifs.

À lire aussi:

Budget 2013: la Défense écope d’une importante baisse >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

DiscussionUn commentaire