Remaniement gouvernemental en Syrie toujours dévastée par les combats

0
Le président syrien al-Assad a procédé à un remaniement ministériel samedi 9 février 2013 (Photo: SANA)
Le président syrien al-Assad a procédé à un remaniement ministériel samedi 9 février 2013 (Photo: SANA)

Le président Bachar al-Assad vient de procéder à un remaniement de son gouvernement au moment même où les combats entre rebelles et soldats continuent de faire rage après près plus de 22 mois de conflit. 

Le président syrien a déjà procédé à plusieurs remaniements depuis le début de la révolte en mars 2011.

Aujourd’hui, il a décidé de séparer les ministères du Travail et des Affaires Sociales et de changer les ministres en charge du Pétrole, des Finances, de l’Habitat, de l’Agriculture et des Travaux publics.

L’économie du pays est sur une dangereuse pente glissante et la Banque Mondiale estime que les dommages infligés à l’économie par le conflit représentent 55% du PIB. Il se contracterait même de 20%, le déficit des comptes courants se chiffrerait à un peu plus de 7% du PIB et le taux de chômage aurait explosé pour atteindre 37% de la population. La production dans le secteur agricole aurait également baissé de 50%, alors que le secteur emploie quasiment 40% de la population.

De plus, il y a pénurie d’essence, de fréquentes pannes d’électricité et une inflation dépassant 50% en glissement annuel.

Négociations au point mort

Le leader de la Coalition de l’opposition, Ahmed Moaz al-Khatib, a dit être ouvert à des discussions directes avec des représentants du régime n’ayant pas « de sang sur les mains », mais que tout dialogue devrait forcément aborder la question du départ de Bachar al-Assad.

Un peu plus tard, M. al-Khatib a également exigé la libération d’ici ce dimanche de toutes les prisonnières détenues par le régime, à défaut de quoi il retirerait son offre de dialogue.

Face à cette impasse, le nouveau secrétaire d’État américain John Kerry a promis vendredi une nouvelle initiative « diplomatique » pour tenter de stopper le conflit syrien. Il a toutefois exclu d’armer les rebelles, l’idée ayant divisé en 2012 jusqu’au plus haut niveau à Washington.

Sur le terrain

Si le régime s’est déclaré de son côté prêt à dialoguer, mais sans « conditions préalables », les combats ne se sont pas pour autant arrêtés.

Selon, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), des raids aériens ont visé la province de Damas et des combats ont eu lieu dans l’est de la capitale.

L’aviation du régime d’al-Assad a bombardé les environs de l’aéroport militaire Menagh près d’Alep, dans le nord, où les insurgés, qui tentaient d’y avancer, se sont affrontés au sol avec les soldats.

À Alep, des combats ont opposé des combattants kurdes aux forces gouvernementale et à leurs milices, a aussi précisé l’OSDH. Les bastions rebelles dans la province centrale de Homs ont été la cible de bombardements.

Selon un bilan provisoire de l’OSDH, 110 personnes ont péri samedi dans les violences – 59 civils, 24 rebelles, 2 soldats déserteurs et au moins 29 soldats du régime.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.