Syrie: l’attentat de Damas est « un crime de guerre »

0
Le médiateur international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a qualifié les attentas de jeudi à Damas de "crimes de guerre" (Photo: ONU)
Le médiateur international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a qualifié les attentas de jeudi à Damas de « crime de guerre » (Photo: ONU)

Au lendemain de la série d’attentats perpétrés à Damas ayant coûté la vie à 90 personnes, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), le médiateur international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a affirmé que ces attaques constituaient «un crime de guerre».

90 morts et des centaines de blessés. Voilà le lourd bilan qu’a annoncé l’OSDH, vendredi, à l’issue des quatre attentats survenus à Damas, ce jeudi. Au moins 60 personnes ont péri dans l’attentat à la voiture piégée près du siège du parti Baas au pouvoir, dans le quartier de Mazraa, dans le centre de la capitale.

NOTRE DOSSIER SUR LA SYRIE >>


Ce vendredi, le médiateur international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a condamné «fermement l’explosion sauvage et horrible à Damas hier qui a causé la mort d’environ cent personnes et blessé 250 civils», dans un communiqué.

Il a également ajouté que «rien ne peut justifier de telles actions horribles qui constituent des crimes de guerre selon les lois internationales».

Si le gouvernement de Bachar al-Assad a accusé des «groupes liés à Al-Qaïda», l’opposition a pour sa part évoqué une attaque «terroriste». Il s’agit là de la journée la plus meurtrière que la capitale syrienne ait connu depuis le début du conflit, en mars 2011.

Une première aussi, ce mardi, lorsque deux obus de mortier sont tombés à proximité de l’un des palais présidentiels. Une attaque inédite, revendiquée par l’Armée syrienne libre (ASL), principale organisation rebelle du pays.

«M. Brahimi est incapable de comprendre la logique syrienne»

Par ailleurs, le médiateur des Nations Unies en Syrie a reçu, dans le même temps, une critique acerbe en provenance de Damas. Un responsable gouvernemental, cité sous couvert de l’anonymat, a reproché à Lakhdar Brahimi son appel ouvert aux alliés syriens que sont l’Iran et la Russie afin qu’ils s’assoient «à la table du dialogue».

«Il est clair que M. Brahimi est incapable de comprendre la logique syrienne qui met le principe de souveraineté au-delà de toute considération», a ainsi précisé cette source gouvernementale.

Moscou accuse Washington de «deux poids, deux mesures»

En attendant, les relations se tendent également entre la Russie et les Etats-Unis. Aucun accord n’a été trouvé entre les 15 membres du conseil en vue de publier une déclaration réagissant aux évènements survenus à Damas, ce jeudi.

Un échec dû aux Etats-Unis, selon Moscou, accusant Washington d’encourager les attaques rebelles à l’encontre du régime syrien en bloquant les communiqués du Conseil de sécurité sur les attaques en Syrie. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a notamment déclaré à la presse «qu’il s’agit-là de deux poids, deux mesures».

Au moins 12 morts dans un bombardement à Alep

Les attaques se poursuivent également au Nord du pays, ce vendredi. Un bombardement, dans un quartier d’Alep, a coûté la vie à 12 civils, dont des enfants, selon l’OSDH.

Interrogé par l’AFP, le directeur de cette organisation, Rami Abdel Rahmane, a assuré que plus de 50 personnes ont été blessés dans cette explosion, survenue dans le quartier de Tariq al-Bab. Le bilan pourrait s’alourdir dans les prochaines heures puisque de nombreuses habitations ont été détruites et des victimes pourraient encore se trouver sous les décombres.

«Des familles sont ensevelies sous les décombres», selon un témoin. «C’est indescriptible, c’est horrible», a-t-il précisé.

Ce bombardement intervient quelques jours après l’explosion, ce lundi, d’un missile sol-sol dans le quartier populaire de Jabal Badro, où 33 personnes, dont 15 enfants, ont trouvé la mort selon l’OSDH.

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l’Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d’une licence en Information­-Communication, Gaëtan s’intéresse aux enjeux internationaux à travers l’analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.