Triste anniversaire pour Bradley Manning: 1 000 jours de détention sans procès

0
Le soldat Bradley Manning (Photo: US Army)
Le soldat Bradley Manning (Photo: US Army)

Triste anniversaire en ce samedi 23 février pour Bradley Manning. Il « fêtera » son 1 000 jour de détention sans procès sur la base militaire américaine de Quantico, en isolement dans des conditions que certains comparent à de la torture psychologique.

Héros pour les uns, traître pour les autres, le jeune analyste militaire de 25 ans de l’armée américaine est accusé d’avoir transmis à Wikileaks différents documents militaires classés secret défense.

Tout a commencé le 5 avril 2010. Wiki Leaks, l’organisation de Julian Assange, qui s’était donné pour mission de de faire connaître au public les secrets d’États inavouables, publie la vidéo « Collateral Murder« .

On voit sur la vidéo un hélicoptère Apache américain tirer sur des civils sur une place publique de Baghdad, des insurgés prétendaient les autorités militaires américaines avant la sortie de la vidéo.Mais il s’agit en fait du journaliste de Reuters Namir Noor Eldeen, de son chauffeur Saed Chmagh et de plusieurs autres civils innocents. Après les tirs meurtriers de l’hélicoptère, on voit sur la vidéo, des adultes et des enfants arriver à bord d’une fourgonnette pour tenter de secourir les blessés être l’objet à leur tour des tirs de l’hélicoptère américain.

Jusqu’à la publication de la vidéo, la version officielle des autorités américaines était qu’il s’agissait  d’insurgés. En outre, il n’avait jamais été fait mention dans le rapport officiel de la présence d’enfants sur les lieux.


« Collateral Murder »,Iraq (Vidéo: Wiki Leaks)

Les autorités américaines remontent finalement jusqu’à la source de la publication de cette vidéo et, le 7 juillet 2010, est arrêté le soldat Manning.

Analyste militaire de l’armée américaine de grade PFC (anciennement Specialist, ou SPC) Manning est accusé d’avoir transmis à Wikileaks différents documents militaires classés secret défense. Certains le voient comme un criminel, d’autres, comme un dénonciateur, héros de la démocratie.

L’ONU a qualifié la détention de Bradley Manning dans la base militaire de Quantico de « traitement cruel, inhumain et dégradant » du fait, entre autres, d’un isolement de huit mois en 20112.

Mais la vidéo de la bavure américaine en Iraq n’était que le début de l’histoire. Au moment de l’arrestation de Manning, Wiki Leaks n,a pas encore commencé les 260 000 cables diplomatiques que Bradley Manning sera plus tard accusé de leur avoir transmis.

Le 25 juillet 2010 Wikileaks diffusait publiquement « Afghan War Diaries » et, le 26 juillet Bradley Manning avait été désigné comme la source des Afghan War Diaries..

Arrêté une première fois par la United States Army Criminal Investigation Command en juin 2010, Manning a d’abord été détenu plus d’un mois dans une prison militaire de Camp Arifjan, au Koweït, sans qu’aucune acusation ne soit portée.

Depuis le 20 juillet 2010, il est détenu sur la base de Quantico, en Virginie depuis le 29 juillet 2010.

En avril 2011, un groupe d’experts détermine qu’il est en état et, le 16 décembre 2011, il est décidé de le faire comparaître devant une Cour Martiale.

Bradley Manning est donc inculpé le 23 février 2012 en cour martiale et choisit de ne pas contester les chefs d’accusation.

Le soldat Manning a été inculpé de huit chefs d’inculpation criminels et de quatre violations du règlement militaire. Deux accusations, fondées sur le Uniform Code of Military Justice (UCMJ) en ses articles 92 et 134, sont portées contre lui : « transfert de données secrètes sur son ordinateur personnel et ajout de logiciel non autorisé sur un système informatique confidentiel », ainsi que « communication, transmission et envoi d’information traitant de sécurité nationale à une source non autorisée ».

Il est passible de 52 ans de prison pour les actes qui lui sont reprochés.

Bradley Manning n’a pas pu, évidemment, faire de déclaration publique depuis son incarcération: soumis à un isolement carcéral maximum (Maximum Custody Detainee) dans des conditions que certains comparent à une situation de torture psychologique.

Dès avril 2011, le Rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Juan Mendez, s’est penché sur la situation de Bradley E. Manning.

« Depuis l’année dernière, [en parlant de 2010 ]à plusieurs reprises, j’ai exprimé de sérieuses inquiétudes sur les conditions de détention de M. Manning qui a été arrêté en mai 2010, et qui a été emprisonné dans sa cellule durant 23 heures par jour à la base des Marines à Quantico, en Virginie (Etats-Unis). J’ai également exhorté les autorités à garantir son intégrité physique et mentale », avait déclaré à l’époque Juan Mendez.

Depuis, l’ONU a qualifié les conditions de détention du soldat Manning d' »inhumaines et injustes ».

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.