Un obus syrien s’abat sur le plateau du Golan

0
Les membres de l’ONUST et de la FNUOD discutent au Camp Faouar, plateau du Golan (Photo: SSG Gernot Payer, ONUST)
Les membres de l’ONUST et de la FNUOD discutent au Camp Faouar, sur le plateau du Golan (Photo: SSG Gernot Payer, ONUST)

Un obus en provenance de Syrie s’est abattu, ce mercredi, sur le plateau du Golan, région occupée en grande partie par Israël. Aucune victime, ni blessé n’est à déplorer dans cette zone frontalière où les affrontements se multiplient dans le contexte du conflit syrien.

«Un obus a atterri dans le centre du plateau du Golan sans faire de blessé», a assuré le porte-parole de l’armée israélienne. Des sources militaires ont également précisé que l’obus s’est abattu près du village d’Alloué Habashan, à quelques kilomètres de la ligne de cessez-le-feu sur le Golan.

L’occasion pour l’État hébreu de désamorcer tout risque d’amalgame avec le conflit syrien. Car cette chute d’obus ne serait autre qu’une «erreur de tir» à en croire ce porte-parole. Elle ferait suite à des affrontements entre l’armée syrienne et les rebelles.

Six syriens quittent l’hôpital après des affrontements

D’autres heurts avaient déjà blessé sept syriens, il y a une dizaine de jours sur le plateau du Golan, tous pris en charge par Israël. Six d’entre eux ont quitté l’hôpital à Safed, dans le nord du pays, à la fin de leur traitement, alors que la septième victime, grièvement blessé, est restée hospitalisée, selon l’armée israélienne.

«Après leur sortie de l’hôpital, les services médicaux les ont accompagnés dans un endroit non précisé pour préserver leur sécurité», a précisé l’armée dans un communiqué.

Occupée majoritairement par Israël depuis 1967, le plateau du Golan reste une zone extrêmement sensible. Annexée unilatéralement depuis 1981, une large zone reste sous contrôle de l’Etat hébreu sans reconnaissance de la communauté internationale.

D’autre part, une zone démilitarisée sépare Israël de la Syrie où le conflit sanglant, débuté en mars 2011, entre le régime de Bachar al-Assad et les rebelles, a provoqué plusieurs «incidents de frontière», mêlant force pro-gouvernementales et insurgés.

Un Canadien porté disparu sur le plateau du Golan

Par ailleurs, un membre de la Force des Nations unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD), veillant au cessez-le-feu sur le plateau du Golan, est porté disparu depuis au moins une semaine.

«Nous pouvons confirmer qu’un membre de l’effectif est manquant et nous sommes en contact avec les parties concernées pour déterminer ce qui s’est passé», a déclaré Farhan Haq, porte-parole de l’ONU. Selon plusieurs médias israéliens, il s’agirait du Canadien Carl Campeau, conseiller juridique auprès de l’ONU.

À lire aussi:

Israël envisage d’instaurer une zone tampon en Syrie après la chute d’Assad >>

Équilibre fragile après le raid israélien à la frontière syro-libanaise >>

Journaliste pour 45eNord.ca, Gaëtan Barralon étudie les nouvelles pratiques journalistiques à l'Université Lumière Lyon 2 (France). Titulaire d'une licence en Information­-Communication, Gaëtan s'intéresse aux enjeux internationaux à travers l'analyse des différents conflits mondiaux.

Les commentaires sont fermés.